Les plus grandes fortunes d'Afrique francophone subsaharienne sont…

Deux Camerounais occupent les deux premières marches du podium de Forbes, suivis par des Congolais et des Malgaches.
© AFP / SEYLLOU

Dans son édition de novembre 2015, le magazine américain Forbes vient de publier le premier classement des personnes les plus riches en Afrique francophone subsaharienne. Une partie du continent absente dans le classement annuel consacré aux plus grandes fortunes du monde. Ce premier classement du genre dresse une liste de 24 personnes créditées de plus de 200 millions de dollars.

L'Afrique francophone était jusqu'ici absente des classements de Forbes, qui dressent chaque année la liste des milliardaires en dollars dans le monde. Il y en avait cette année plus de 1800, selon le magazine américain. Parmi eux, 29 Africains, mais aucun ressortissant d'un pays d'Afrique francophone au sud du Sahara.

Pour la première fois, Forbes est allé scruter les fortunes individuelles ou familiales dans ces pays. Premier constat : aucun francophone n'atteint jusqu'ici le chiffre d'un milliard de dollars, seuil minimal pour figurer sur la liste annuelle mondiale. Selon le classement du magazine dédié aux francophones subsahariens, deux Camerounais occupent les deux premières marches du podium : Baba Ahmadou Danpullo et Paul Fokam Kammogne.

La famille Rawji de République démocratique du Congo complète le podium, talonnée par Georges Forrest, un autre multimillionnaire congolais, 4e sur les 24 répertoriés. Ces fortunes se situent loin derrière celles des pays d'Afrique anglophone, d'Afrique du Nord et même celles de l'Angola, pays lusophone. Seuls points communs sur le continent, tous ces riches sont créateurs ou héritiers d'entreprises et ils répartissent leurs investissements dans plusieurs secteurs.

Le pays le plus pauvre du monde a aussi ses millionnaires

Madagascar, pays le plus pauvre au monde selon la Banque mondiale, a aussi ses millionnaires en dollars. Quatre familles figurent dans ce classement. Toutes sont d'origine indienne ou française.

Ylias Akbaraly est en cinquième position du classement du magazine Forbes. Ce franco-malgache d'origine indienne a construit un empire à partir de l'entreprise industrielle familiale. Sa fortune est évaluée à 710 millions de dollars. Comme toutes les grandes fortunes à Madagascar, il est présent dans divers secteurs à travers son groupe Sipromad : l'industrie, le tourisme, l'aviation, l'immobilier, la sécurité. Il compte aussi des investissements en Afrique et dans l'océan Indien dans les télécommunications et les nouvelles technologies.

La seconde fortune de Madagascar est aussi d'origine indienne. Hassanein Hiridjee, 705 millions de dollars selon Forbes. De nationalité française, ce quarantenaire est à la tête d'un groupe en pleine expansion. En un an, il a conclu le rachat de la deuxième banque malgache, la BNI, et d'opérateurs téléphoniques à La Réunion et aux Comores voisines. Vient ensuite, en 11e position, Iqbal Rahim, Fondateur du groupe pétrolier Galana, d'origine indienne également. Sa fortune est évaluée à 419 millions de dollars. Enfin, la famille française Fraise est 23e au classement avec 208 millions de dollars. Elle est présente sur la Grande île dans l'énergie, les travaux publics et la vanille.

Madagascar est donc le 2e pays d'Afrique subsaharienne francophone dans ce classement de millionnaires. Un palmarès qui détonne pour un pays toujours en bas des tableaux internationaux en terme de développement et de climat des affaires.