Commerce: Obama menace de suspendre l'Afrique du Sud de l'Agoa

Une suspension de l'Agoa, le traité de libre-échange entre les Etats-Unis et l’Afrique, pourrait coûter cher à l'Afrique du Sud.
© AFP PHOTO / Karen BLEIER

Dans une lettre adressée au Congrès américain jeudi, Barack Obama a annoncé que l’Afrique du Sud avait 60 jours pour lever ses restrictions sur l’importation de volaille, de porc et de bovins américains. Sans quoi il supprimera les préférences commerciales accordées aux produits agricoles sud-africains dans le cadre de l'Agoa, le traité de libre-échange entre les Etats-Unis et l’Afrique.

Dans sa lettre, Barack Obama reproche à l’Afrique du Sud de « continuer à imposer des obstacles au commerce avec les Etats-Unis […] y compris sur les exportations agricoles ».

Au cœur du différend, les restrictions imposées par l’Afrique du Sud sur les importations de poulets américain depuis le mois de décembre, suite à une épidémie de grippe aviaire. Une mesure venue s’ajouter à d’autres restrictions de longue date, visant à protéger le marché sud-africain.

Lors du renouvellement de l’Agoa (African Growth and Opportunities Act) pour dix ans en juin dernier, le Congrès américain avait demandé à ce que l’adhésion de l’Afrique du Sud aux critères de cet accord soit réévaluée. Des négociations ont été engagées entre les deux pays, mais aucun accord n’a finalement pu être trouvé avant la date limite du 15 octobre.

Suite à l’ultimatum du président Obama, l’Afrique du Sud a maintenant jusqu’au 4 janvier pour supprimer les barrières commerciales avec les Etats-Unis. Une suspension de l’Agoa pourrait coûter cher à l’Afrique du Sud, qui exporte chaque année pour 250 millions de dollars de produits agricoles vers les Etats-Unis.

Des négociations sont en cours entre les deux pays et le ministre sud-africain du Commerce et de l’industrie assure que la menace des Etats-Unis sera levée aussitôt qu’un accord sera trouvé.