Crise au Burundi: les remontrances de Paul Kagame à Pierre Nkurunziza

Les présidents Paul Kagame (premier plan) et Pierre Nkurunziza (derrière) ne participent pas au sommet de Dar es Salaam consacré à la crise au Burundi, ce dimanche 31 mai 2015.
© AFP PHOTO/JOSE CENDON

Le président rwandais Paul Kagame s'est inquiété la situation chez son voisin burundais. C'était vendredi soir, à 24h de la fin de l'ultimatum de son homologue burundais aux « insurgés » qui contestent sa réélection. Lors de ce discours, Paul Kagame a tancé les dirigeants burundais qui « massacrent leur population du matin au soir »

Paul Kagame s'est exprimé lors d'un dîner au cours duquel des récompenses ont été remises à des personnes œuvrant pour l'unité et la réconciliation au Rwanda.

« Le Burundi, s'est vu couper les aides internationales à cause de sa mauvaise situation, une situation qui rappelle un peu celle qui a prévalu ici. Comment des dirigeants peuvent-ils s'autoriser à massacrer leur population du matin au soir ? » a ainsi interrogé le président rwandais.

« Le président [burundais] s'enferme, personne ne sait où il se cache, personne ne peut le trouver pour lui parler. Comment peut-il prétendre diriger son pays? Des gens meurent tous les jours, les cadavres jonchent les rues. Et après ils appellent ça des 'problèmes politiques'. Mais c'est quoi cette politique ? a poursuivi Paul Kagame. Les dirigeants du Burundi se targuent d'être des hommes de Dieu, certains sont mêmes pasteurs. Mais en quel Dieu croient-ils ? (...) Y-a-t il un endroit dans la Bible où les dirigeants sont appelés à massacrer leur peuple ? »

« La situation du Burundi a des retombées sur nous les Rwandais .. Les problèmes du Burundi, d'où viennent-ils ? Même si on accuse le Rwanda (...) Ce sont les Burundais eux même qui sont responsables de leur situation. Les Burundais auraient dû tirer des leçons de ce qui s'est passé ici. Nous, les Rwandais, devons nous préserver du mal. Nous devons lutter pour que le mal ne revienne pas en nous », a prévenu le président rwandais.

Les relations entre les deux voisins sont au plus bas : Bujumbura accuse en effet Kigali de soutenir ses opposants, tandis que le Rwanda, qui a vécu un génocide en 1994, s'inquiète depuis plusieurs mois d'éventuels massacres ethniques à grande échelle chez son voisin.

« Nous voulons garder de la hauteur»

Joint par RFI, Willy Nyamitwe, conseiller en communication du président Pierre Nkurunziza, a réagi aux propos du président rwandais. « Face à des propos outrageants et indignes d’un chef d’Etat comme ceux-là, pour l’instant nous préférons garder le silence. Nous apporterons une réponse appropriée dans les jours qui viennent. De toutes les façons, le peuple burundais est serein. Le peuple burundais garde de la hauteur face à toutes ces attaques », a déclaré, à RFI, le conseiller en communication du président Pierre Nkurunziza.

A la question de savoir si, selon lui, le Rwanda joue, aujourd’hui, contre le Burundi, Willy Nyamitwe a tenu à préciser qu’il ne s’agit pas du Rwanda en tant que tel « mais les propos sont du président rwandais et ce n’est pas la première fois. Vous avez toujours vu que le pouvoir de Bujumbura a toujours gardé de la hauteur et de la pudeur. Nous ne pouvons pas répondre d’une façon grotesque à des props aussi outrageants que ceux-là mais par le travail que nous faisons auprès de notre population pour sécuriser le pays, asseoir une paix véritable dans notre pays et renforcer notre démocratie, eh bien c’est à travers ces actes que nous répondons à nos détracteurs », a souligné Willy Nyamitwe.