RDC: la majorité accusée de vouloir déstabiliser les partis du G7

Kyungu Wa Kumwanza, président de l'Unafec, parti politique membre du G7. Ici, en décembre 2011.
© PHIL MOORE / AFP

L'Union nationale des fédéralistes du Congo (Unafec) accuse la majorité de chercher à déstabiliser les partis du G7. Ces formations politiques ont dit « non » au troisième mandat de Joseph Kabila à la tête du pays. Des ailes dissidentes sont en train de voir le jour, au mépris de la loi sur les partis politiques.

Il est venu de Lubumbashi pour défier le pouvoir à Kinshasa. Antoine Gabriel Kyungu wa Kumwanza, président de l’Unafec, accuse le gouvernement de s’être engagé dans un processus de déstabilisation des partis politiques du G7, ces partis qui ont été exclus de la majorité pour avoir dit « non » à un troisième mandat du président Joseph Kabila.
Antoine Kyungu wa Kumwanza n’y est pas allé de main morte pour dénoncer les stratégies, mises en place par la majorité, pour créer des ailes dissidentes.

« Cela se passe tous les jours. Comment faire mal au G7 ? Doublons ! Nous avons notre numéro matricule, nous avons notre président national, nous avons les directoires reconnus par la loi, par l’Etat. Et la loi sur les partis politiques interdit les doublons ! », a déclaré le président de l’Unafec.

Et alors que la majorité revendique les mandats obtenus en son nom par des membres des partis du G7, Antoine Gabriel Kyungu wa Kumwanza a revendiqué, lui, la récupération des sièges obtenus au Parlement par des députés qui animent les ailes dissidentes de l’Unafec et des autres partis du G7.