Accusations de racisme: faux départ pour H&M en Afrique du Sud

H&M a dû s'excuser pour une série de tweets envoyés par des représentants de la marque et qui ont heurté la sensibilité de nombreux internautes, notamment parmi les Noirs d'Afrique du Sud.
© REUTERS/Regis Duvignau/Files

En Afrique du Sud, la chaîne de vêtements suédoise H&M a ouvert ce week-end au public son deuxième magasin en Afrique sub-saharienne. Un premier magasin de 4 700 m2 avait déjà été inauguré dans la ville du Cap il y a deux semaines. Mais ce lancement très attendu a été entaché par une polémique sur les réseaux sociaux, où H&M a été accusé de racisme et a dû présenter ses excuses pour une série de tweets très mal reçus.

Avec notre correspondante à Johannesburg,  Liza Fabbian

Après avoir visité le premier magasin H&M au Cap, une blogueuse sud-africaine a interpellé le géant du prêt-à-porter sur Twitter. Dans son message, la jeune femme remarque qu’ « aucune des affiches du magasin ne représente de mannequin noir », et demande que des efforts soient faits en ce sens.

En réponse, H&M lui indique alors qu'il est « essentiel (pour la marque) de véhiculer une image positive ». Et d’ajouter dans un autre message : « Nous voulons que notre marque puisse inspirer, en provoquant des émotions positives ».

Le tollé est immédiat sur les réseaux sociaux, où de nombreux internautes sud-africains accusent H&M de racisme, parce que cette réponse semble suggérer que les mannequins blancs renvoient une image positive, contrairement aux mannequins noirs.

H&M s’est finalement excusé, toujours sur Twitter, indiquant que son « intention n’était pas de blesser », et que la marque « ne souhaitait absolument pas suggérer que certains groupes ethniques sont positifs et d’autres non ».

Reste que cette erreur de communication a clairement terni le lancement de la marque en Afrique du Sud. H&M espère ouvrir trois autres magasins dans le pays d’ici le mois de mai, et créer 1 500 emplois dans l’année qui vient.