Burundi: situation tendue dans les quartiers contestataires

Militaires burundais dans le quartier de Musaga, à Bujumbura, en mai 2015.
© Sonia Rolley/RFI

Au Burundi, les policiers fouillent maison par maison les quartiers dits contestataires de Bujumbura depuis ce dimanche. A Mutakura, le quartier est vidé de ses habitants, la plupart avaient fui avant la fin de l'ultimatum du président burundais aux insurgés pour qu'ils déposent les armes. Alors que des violences ont éclaté ce lundi matin dans le quartier de Musaga au sud de la capitale. Un premier bilan fait état de deux morts.

Vers 5 heures ce lundi matin, les habitants du quartier de Musaga ont été réveillés par des tirs et une explosion. Selon le porte-parole de la police, il s’agit d’un individu qui a lancé une grenade sur une patrouille conjointe de l’armée et des forces de l’ordre. La police a répliqué en abattant un assaillant qui s’apprêtait à dégoupiller une seconde grenade. Cette patrouille était à la recherche d’un fusil qu’elle a finalement saisi.

C’est la version donnée par les autorités, mais comme souvent au Burundi des informations divergentes parviennent. Une autre source policière affirme sous couvert d’anonymat que la grenade a fait un blessé parmi les forces de l’ordre. Forces de l’ordre qui ont répliqué en « tirant dans tous les sens », selon plusieurs témoins. Et ces tirs auraient fait au moins deux victimes parmi les civils, dont un jeune étudiant qui sortait de chez lui.

Donc si les opérations de désarmement se déroulent sans incident, les violences et les disparitions se poursuivent. On a retrouvé par ailleurs le corps d’un homme tué par balle ce matin dans le centre de Bujumbura.