Malgré les troubles, la RCA fixe son nouveau calendrier électoral

La présidente de transition de la République centrafricaine, Catherine Samba-Panza.
© AFP PHOTO / Eric FEFERBERG

L'Autorité nationale des élections (ANE) a fixé de nouvelles dates pour les échéances électorales. Le référendum constitutionnel aura lieu le 13 décembre prochain, le premier tour des législatives et de la présidentielle le 27 décembre, tandis que le second tour aura lieu le 31 janvier 2016. Après deux ans d'une transition chaotique, la communauté internationale, France en tête, fait pression depuis des mois pour que les autorités de transition organisent ces élections. Mais le climat reste tendu, comme en témoigne des incidents survenus à Bambari le 9 novembre.

La dernière preuve en date du climat détestable qui règne en RCA, à quelques semaines des élections, est venue de Bambari. Les anti-balaka et les hommes de l'UPC, une faction de l'ex-Seleka, se sont affrontés au lance-roquettes et à la kalachnikov dans la ville, provoquant des incendies et des scènes de panique.

Les combats ont éclaté après la mort de trois miliciens de l'UPC à quelques kilomètres de Bambari. Malgré l'insécurité et les tensions, l'Autorité nationale des élections a pourtant fini par dévoiler le calendrier électoral. Et trancher cette question : faut-il attendre un retour à la paix pour voter ? Ou voter pour obtenir un retour de la paix ?

Il est vrai que depuis des mois, la communauté internationale, fatiguée d'espérer une normalisation, poussait les autorités à accélérer le processus. D'autant que les préparatifs ont avancé. Ainsi, deux millions de Centrafricains sont déjà inscrits sur les listes électorales.

Reste que les dangers demeurent très grands. Début novembre, lors de la visite de la ministre française de la Coopération à Bangui, la présidente Catherine Samba-Panza accusait les anti-balaka et les seleka de vouloir saboter la transition, en complicité, disait-elle, avec « certains politiques ».