[Diapo sonore] Photos parlantes du monde arabe contemporain

Ihsane Chetuan, née en 1986 à Tetouan. « Autoportrait ». Photo issue de la série « Transfigurations », 2014, exposée à la Cité internationale des arts dans le cadre de la première Biennale des photographes du monde arabe.
© Ihsane Chetuan

Faire appel aux images pour faire parler le monde arabe, voilà le défi de ce diaporama sonore. Huit hommes et femmes, photographes arabes ou travaillant dans ou sur le monde arabe, partagent avec nous leurs photos qu’ils exposent à la première Biennale des photographes du monde arabe contemporain. Une initiative pionnière de huit institutions parisiennes dont l’Institut du monde arabe et la Maison européenne de la photographie qui vient d’ouvrir ce mercredi 11 novembre ses portes et dure jusqu’au 10 janvier.

Le monde arabe contemporain éclairé par des photographes de la première Biennale

► Lire aussi l'article : Le monde arabe pris en photo par une Biennale pionnière, rfi, 11/11/2015
 
Crédits photos :   

- Leila Alaoui : « Les Marocains. Tamesloht. »
- Leila Alaoui : « Les Marocains. Essaouira. »
- Leila Alaoui : « Les Marocains. Boumia. »

 
- Daoud Aoulad-Syad : « Tissa, octobre 1988 »
- Daoud Aoulad-Syad : « Meknes, septembre 1992 »
- Daoud Aoulad-Syad : « Marrakech, mars 1987 »

- Andrea & Magda : « Décor Mille et une nuits. Sharm El Sheik, 2015. Décor du spectacle de son et lumière dans le parc Alf Leila Wa Leila. »
- Andrea & Magda : « Hotel Taba. Taba, 2014. Un hotel abandonné. Son propriétaire, un proche de Mubarak, a fuit après la révolution en 2011. De la frontière israélienne à Sharm el Sheik, la côte est couverte de carcasse d’hôtels vides. »
- Andrea & Magda : « Al Farah. Taba, 2014. L’hôtel Al Farah, abandonné et pillé avant d’avoir été terminé, suite à la révolution de 2011. »

- Pauline Beugnies : « Des femmes manifestent afin de réclamer leurs droits et dénoncer le harcèlement sexuel dont elles sont victimes. Depuis la chute de Moubarak en février 2011, les femmes réclament le droit de disposer de leur liberté au sein de l’espace public. » (20 janvier 2012) [Vue de la photo prise à la Mairie du 4e arr. de Paris par Siegfried Forster/RFI]
- Pauline Beugnies : « Ahmed Harara a perdu son œil droit pendant une manifestation en janvier 2011, puis le gauche, lors d’une manifestation des victimes de la révolution. (20 novembre 2011) [Vue de la photo prise à la Mairie du 4e arr. de Paris par Siegfried Forster/RFI]
- Pauline Beugnies : « Le célèbre studio de cinéma Benha a réouvert en 2014, après 40 ans de silence, grâce à l’association « Gudran ». Celle-ci en a fait un lieu inédit de résidences, de création et d’ateliers cinématographiques à Alexandrie. (25 mai 2015) [Vue de la photo prise à la Mairie du 4e arr. de Paris par Siegfried Forster/RFI]

- Anne-Marie Filaire : Pensionnat de jeunes filles, Université de Sharjah, Emirats Arabes Unis, 2007, Portes G12, 14, 42, 4A-4B. Collection du Fonds départemental d’art contemporain de l’Essonne/ Domanie de Chamarande. [Vue de la photo prise dans l’exposition à l’Institut du monde arabe par Siegfried Forster/RFI]
- Anne-Marie Filaire : Photographies des portes du pensionnat de l’Université de Sharjah (2007) peintes par de jeunes filles à Gaza, Autonomie palestinienne, 2010. Courtesy Anne-Marie Filaire. [Vue de la photo prise dans l’exposition à l’Institut du monde arabe par Siegfried Forster/RFI]

- Mustapha Azeroual : « Radiance #2, 2012 ». Impression lenticullaire. Courtesy Galerie Binôme.
 
- Steve Sabella : « 38 days of re-collection », 2014. Oeuvres XV et IX. Impressions de négatifs n&b sur photo emulsion sur fragments peints. Courtesy Steve Sabella. [Vue de l’œuvre prise dans l’exposition à l’Institut du monde arabe par Siegfried Forster/RFI] 

► Lire aussi : [Carte interactive] Biennale africaine de Bamako: «Un jour. Une photo», rfi/ 4/11/2015
► Lire aussi : Les artistes arabes agencent l’art du XXIe siècle, rfi, 27/10/2011
► Lire aussi : Qui connaît l’art contemporain israélien? rfi, 31/10/2012

► Le programme et les lieux de la Première Biennale des photographes du monde arabe contemporain, du 11 novembre au 17 janvier 2016.