Le Maroc adopte un projet de loi pour interdire les sacs plastiques

Souvent abandonnés et jetés dans la nature, les sacs plastiques sont un fléau pour l'environnement.
© AFP PHOTO / FRED DUFOUR

Le Maroc a décidé d'interdire les sacs en plastique. La chambre basse du Parlement marocain a adopté mardi à l'unanimité cette nouvelle mesure, qui concerne non seulement son utilisation mais aussi sa fabrication, son importation et sa commercialisation. Pour être appliquée, la loi se veut contraignante et accompagnée d'une batterie de mesures, comme des amendes pouvant atteindre les 100 000 euros pour les fabricants.

Ce texte interdisant l'utilisation et la fabrication de sacs en plastique a été adopté à Rabat dans le cadre, dit-on, d’une prise de conscience collective du danger et des effets négatifs sur la santé, la faune et la flore, mais aussi l’écologie.

Et pour cause, un Marocain consomme en moyenne 900 sacs en plastique par an. Avec un réseau de recyclage balbutiant, les 120 000 tonnes de sacs rejetés chaque année dans la nature dans le royaume ont fini par alerter les politiques.

Le texte de loi doit entrer en vigueur en juillet prochain pour laisser le temps aux industries concernées de s’adapter et de se convertir au tout tissu voire au tout papier à l’exception de certains secteurs comme l’agriculture.

Scepticisme

De vastes campagnes de sensibilisation sont d’ores et déjà annoncées à destination du grand public. Mais selon les plus sceptiques, la forte prévalence du secteur informel dans la fabrication de ces sacs rendra difficile toute application de la loi.

Certains rappellent aussi le piètre effet d’un texte similaire adopté en 2010 interdisant les sacs en plastique noirs, réputés mauvais pour la santé, pourtant toujours en circulation.