La visite du pape François en RCA est risquée, prévient la France

Le pape François entend bien aller prêcher la paix en Centrafrique.
© REUTERS/Alessandro Bianchi

Dans une douzaine de jours, le pape François effectuera sa première visite en Afrique. Après le Kenya et l'Ouganda, il doit se rendre dans la capitale centrafricaine où la situation sécuritaire s'aggrave sur fond d'affrontements intercommunautaires. Dans ces conditions, la France a fait savoir qu'il était peu prudent pour le pape de se rendre à Bangui, en particulier au vu du nombre de fidèles qu'il risque d'attirer sur place. Mais le Vatican ne semble pas prêt à annuler cette étape.

Avec notre correspondant au Vatican, Antoine-Marie Izoard

Pour sa visite à Bangui, fin novembre, le pape François a un programme chargé pour à peine plus de 24 heures. Il doit ainsi célébrer la messe dans la cathédrale de la capitale de la République centrafricaine, rencontrer les communautés évangéliques du pays, mais aussi les responsables musulmans dans une mosquée et visiter un camp de personnes déplacées fuyant les violences des milices.

Dans ce contexte, sur fond de recrudescence des violences entre chrétiens et musulmans, l'entourage du ministre français de la Défense a publiquement fait part de sa perplexité sur les conditions de sécurité du chef de l'Eglise catholique, mais aussi et surtout de nombreux fidèles qui viendront à sa rencontre.

Bien décidé à prêcher la paix en Afrique

Mais le Saint-Siège n'entend visiblement pas renoncer à la brève étape centrafricaine de ce déplacement du pape qui entend bien, au contraire, prêcher la paix en Afrique. Pour lui, confie-t-on au Vatican, ne pas y aller serait un échec.

Une autre source confirme la ferme intention du pape François d'effectuer cette visite et s'étonne un peu de la méthode employée par la France qui, somme toute, à part la présence de 900 soldats sur place, n'est pas le pays d'accueil. Paris, juge un haut responsable du Vatican, semble surtout vouloir se décharger de sa responsabilité en cas de problème.