RDC: les trois opposants des Fonus bientôt présentés à la justice?

Le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement de la RDC, Lambert Mendé, a assuré mi-novembre à RFI que les trois militants des Fonus seraient présentés à la justice congolaise.
© AFP PHOTO / JUNIOR D. KANNAH

En République démocratique du Congo, le gouvernement a promis que les trois militants du parti d'opposition Fonus (Forces novatrices pour l'union et la solidarité) allaient être présentés devant la justice. Selon le porte-parole Lambert Mendé, ils sont accusés d'incitation aux troubles à l'ordre public. Maman Kapinga Mingala, coordinatrice, Jerry Okundji et Paulin Lodi, tous deux membres de la ligue de la jeunesse des Fonus, ont été arrêtés le 5 novembre dernier.

Le bureau conjoint des droits de l'homme de l'ONU a tout de suite fait part de sa préoccupation face à ce qu'il qualifie d'arrestations arbitraires.  « Nous sommes préoccupés par les arrestations arbitraires par les services secrets de l'ANR [Agence nationale des renseignements, ndlr] contre les membres de l'opposition, sans supervision judiciaire, au secret, de manière isolée, sans accès à une assistance judiciaire, dans ce climat pré-électoral et de l'impact que ça aura sur la crédibilité du processus électoral à l'avenir », dénonce José Maria Aranaz, le chef du bureau conjoint des droits de l'homme de la Monusco.

Pour le porte-parole du gouvernement congolais, il n'appartient pas au bureau conjoint des droits de l'homme de l'ONU de dire ce qui est légal ou pas, mais à la justice congolaise. « Ils distribuaient des tracts appelant des gens à se soulever pour manifester de manière tout à fait irrégulière et illégale et à provoquer des troubles dans la ville de Kinshasa, affirme Lambert Mendé. C'est pour cela qu'ils ont été interpellés et qu'ils vont être présentés à la justice. »

Il n'y a rien dans les documents distribués par son parti qui soit contraire aux lois de la République, assure Joseph Olenghankoy, président des Fonus. « Ce sont des petits communiqués éducatifs ! Ces communiqués préviennent que nous allons organiser des marches pacifiques ultérieurement, sur ordre de l'opposition. et demandent aux gens : "Ne cassez pas, ne volez pas. Il faut respecter la démocratie." Ils ont fait référence aux articles de la Constitution qui demandent aux militaires et à la police de s'abstenir de se mêler des questions politiques. C'est ce qui est écrit là-dedans ! »

Le président des Fonus estime que si depuis le 5 novembre, ses militants n'ont pas été transférés à la justice, c'est que les charges qui pèsent contre eux ne tiennent pas. Il dit notamment s'inquiéter pour la santé de sa coordinatrice âgée de 78 ans. « Depuis que les trois membres des Fonus ont été arrêtés, les familles n'ont pas de nouvelles et ils n'ont pas eu accès à l'assistance d'un avocat », regrette José Maria Aranaz, le chef du bureau conjoint des droits de l'homme de l'ONU.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.