Burundi: opération policière musclée dans le quartier de Ngagara

Des officiers de la police patrouillent dans le quartier de Ngagara, à Bujumbura, le 27 avril 2015.
© AFP PHOTO / SIMON MAINA

Après les violences qui ont secoué Bujumbura dimanche soir et lundi matin, les opérations de police dans la capitale ont donné lieu à de très nombreuses arrestations. Dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux on distingue une soixantaine de personnes traversant au pas le quartier de Musaga, encadrées par des membres des forces de l’ordre. La police assure qu’ils ont été relâchés, mais au moins cinq personnes seraient encore détenues par les services de renseignement. Dans le nord de Bujumbura, le quartier de Ngagara a également été le théâtre d’une opération musclée.

« Ils ont sorti un homme et lui ont cassé le bras à coups de lance-roquettes », relate un observateur des droits de l’homme au sujet d’une opération policière lundi après-midi dans le nord de Bujumbura. A l’origine, une course-poursuite aurait eu lieu entre les forces de l’ordre et les auteurs présumés d’une attaque à la grenade dans le quartier de Kamenge.

A la recherche d’armes, les policiers ont ratissé le quartier voisin de Ngagara. Une opération qui s’est déroulée sans incidents, selon Remy Barampama, administrateur de la commune. « A chaque fois qu’il y a l’intervention des policiers, il y a toujours des gens qui avancent n’importe quoi pour discréditer le corps de police, estime l’administrateur. Les opérations se sont poursuivies et, en fin de compte, cinq personnes ont été arrêtées pour question d’enquête. »

Mais d’autres sources évoquent une version différente des faits. « Les policiers étaient accompagnés de jeunes en tenue militaire. Ils étaient armés de machettes et de lances », raconte un membre de la société civile. Selon plusieurs témoins, ces hommes ont fait sortir les chefs de famille et les ont battus. De l’argent et des objets de valeurs auraient également été dérobés. Quant aux personnes arrêtées, il s’agirait d’employés de maison. Leurs employeurs sans nouvelles ont fait part de leur inquiétude.

Les violences ont repris mardi soir à Bujumbura. Des positions de police auraient été attaquées dans des quartiers du centre de la capitale Bujumbura, dont Nyakabiga. Des tirs intenses, des explosions de grenades et de roquettes ont été entendus à travers la ville. Cela a commencé vers 19h, heure locale, et a duré une trentaine de minutes, selon des témoignages recueillis auprès d'habitants de ces quartiers. Aucun bilan n'est disponible pour le moment.