Rwanda: quinze ans requis contre l'ex-capitaine David Kabuye

Le capitaine rwandais en retraite David Kabuye devant le tribunal, Kigali, Rwanda, le 16 mars 2015.
© AFP PHOTO / STEPHANIE AGLIETTI

Le parquet rwandais a requis 15 ans de prison à l'encontre de David Kabuye, ex-capitaine rwandais en retraite poursuivi depuis mars pour «incitation au soulèvement» et «diffamation». David Kabuye est le mari de l'ancienne chef du protocole de la présidence, elle aussi tombée en disgrâce.

Quinze ans de prison, la peine maximale pour « incitation à l'insurrection », plus six mois ferme pour diffamation. C'est ce qu'a requis lundi 16 novembre le parquet à l'encontre de David Kabuye.

L'accusation reproche à l'ex-capitaine rwandais des propos tenus entre août 2014 et février 2015 alors qu'il purgeait une peine de prison pour détention illégale d'arme à feu.

Le parquet s'appuie sur des témoignages de codétenus. Selon ces témoignages, David Kabuye aurait déclaré que les cadavres retrouvés en août 2014 au Burundi dans le lac Rweru provenaient du Rwanda et de l'Ouganda.

David Kabuye aurait également déclaré que le président Paul Kagame « se débarrassait » des personnes l'ayant aidé à prendre le pouvoir et que ce dernier aillait « perdre sa nation ».

Des accusations non-fondées pour son avocat qui a demandé la relaxe. Maitre Gilber Ndayambaje estime notamment que le parquet n'a pas présenté de preuves matérielles pour étayer ces témoignages à charge.

L'arrestation coup sur coup de David Kabuye et de deux autres proches du pouvoir,  le colonel d'active Tom Byabagamba, ancien chef de la garde présidentielle et un général en retraite, Frank Rusagara, avait soulevée de nombreuses interrogations.

Tout deux sont également poursuivis, mais par la justice militaire, pour « incitation au soulèvement ». Les observateurs évoquaent l'hypothèse d'une remise au pas de fortes têtes.