Le Zimbabwe va taxer les fermiers bénéficiaires de la réforme agraire

Le président du Zimbabwe Robert Mugabe a finalement décidé d'imposer les fermiers noirs bénéficiaires de sa réforme agraire.
© REUTERS/Siphiwe Sibeko

Au Zimbabwe, les fermiers vont désormais devoir payer des impôts sur leur terre. C’est ce qu’a révélé lundi 16 novembre le journal d’Etat, The Herald. Selon ce quotidien, tous les bénéficiaires de la réforme agraire, mise en place par le gouvernement dans les années 2 000, vont désormais devoir s’acquitter de plusieurs taxes.

Près de 300 000 fermiers sont concernés. Des petits fermiers qui pour la plus part ont obtenu leur terre lors de la réforme agraire du président Mugabe. C’est-à-dire la redistribution des grandes exploitations détenues par des fermiers blancs à la majorité noire.

Selon The Herald, désormais ces fermiers devront s’acquitter d’un loyer ainsi que d’un impôt, entre 3 et 10 dollars par hectare et par an. Des taxes qui seront utilisées pour financer l'entretien des routes dans les zones agricoles.

Une mesure surprenante. C’est la première fois que le gouvernement impose un impôt à ces bénéficiaires de la réforme agraire, qui sont également d’ardents supporters du président Mugabe. Signe que les caisses du gouvernement sont vides.

Reste à savoir quelles seront les réactions. Mais surtout comment réagiront les nombreux hauts cadres de la Zanu-PF, le parti de Mugabe, qui se sont accaparés des milliers d’hectares lors de cette réforme controversée.