Un homme interpellé à Paris, l'affaire Accrombessi refait surface

L'homme d’affaires Seydou Kane est cité dans le dossier du conseiller d’Ali Bongo, Maixent Accrombessi (photo).
© © ny-forum-africa.com

L’homme d’affaires Seydou Kane a été interpellé à son arrivée en France mercredi matin et a ensuite été placé en garde à vue à Nanterre. Ce Gabonais d’origine sénégalo-malienne était cité dans le dossier du conseiller d’Ali Bongo, Maixent Accrombessi, lorsque ce dernier avait lui-même été placé en garde à vue le 3 août. Cet été, le parquet de Paris avait ouvert une information judiciaire pour corruption active et passive d’agents étrangers et abus de bien social.

En août dernier, les autorités françaises placent en garde à vue Maixent Accrombessi, le directeur de cabinet du président gabonais, Ali Bongo. La justice ouvre alors une information judiciaire portant notamment sur des faits de corruption et de blanchiment d'argent.

La justice enquête notamment sur un virement de 300 000 euros émis le 7 juin 2006 vers un compte monégasque d’une entreprise appartenant à Seydou Kane.

Malaise dans les milieux politiques gabonais

Jeudi soir, à Libreville, l'interpellation de ce dernier semble créer une certaine gêne. En particulier dans les milieux politiques, où personne ne souhaite commenter son parcours. Seydou Kane est pourtant militant au sein du Parti démocratique gabonais, le parti présidentiel.

Lors des élections locales de 2013, il figurait sur les listes du 2e arrondissement de Libreville. Par ailleurs, « c’est officieux, glisse un observateur gabonais, mais Seydou Kane flirte avec le milieu présidentiel ».

Fin de la garde à vue vendredi matin

Naturalisé gabonais, cet homme d'affaires d'origine sénégalo-malienne est une personnalité respectée, active dans le bâtiment. Avec sa fondation, il mène des actions dans les milieux sportifs et sociaux.

L'homme d'affaires est interrogé par les policiers de l’Office central de lutte contre la corruption. Sa garde à vue expire ce vendredi matin.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.