Madagascar se dote d'un Observatoire des médias

Des journalistes malgaches manifestent en soutien à leurs collègues en détention après une plainte pour diffamation, le 22 juillet 2014.
© FP PHOTO/ RIJASOLO

Une nouvelle organisation de la société civile à Madagascar vient de voir le jour dans la Grande île. Le but de l'Observatoire des médias et de la communication est d’apporter des analyses sur les pratiques médiatiques à Madagascar, d’organiser des formations et des rencontres pour améliorer la qualité et l’indépendance de la presse malgache. Et ce, alors même que dans le pays, les journalistes sont précarisés et soumis à des pressions politiques.

Jusqu’en 1989 à Madagascar, seuls les médias publics existaient et ils étaient à la solde du pouvoir. La fin de la censure et l’ouverture du secteur au début des années 90, a donc représenté un espoir. « Au-delà des médias d’Etat, il y a eu des médias privés : ça a libéré la parole, libéré l’expression, explique à RFI Monique Rakotoanosy, enseignant-chercheur et présidente du nouvel Observatoire des médias. Cet espoir d’une construction démocratique à partir de cette explosion médiatique, aujourd’hui, cet espoir-là c’est un peu évanoui ».

Constat accablant

Selon l’enseignante, les religieux, les industriels et surtout les hommes politiques se sont rapidement emparés de ce champ stratégique du pouvoir. Son constat de la situation actuelle est accablant. « La précarité des journalistes, la soumission malgré eux à une logique de rendement, le fait que la majorité des médias sont aux mains de patrons de presse aux ambitions politiques : tout cela crée pour moi un climat de confusion » poursuit Monique Rakotoanosy.

C’est pour toutes ces raisons qu’elle a souhaité fonder l’Observatoire des médias. « Ca sera pour moi une veille médiatique, une analyse critique des pratiques et puis il y aura bien évidemment des formations et nous plaidons beaucoup pour la liberté d’expression ».

Elaborer de nouveaux textes

L’Observatoire des médias veillera donc à l’application des lois dans ce domaine et veut aussi encourager à l’élaboration de nouveaux textes, plus en phase avec la révolution numérique et les nouveaux modèles médiatiques.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.