Ebola: après deux mois de répit, trois nouveaux cas au Liberia

Des soignants de Médecins sans frontières (MSF) au Liberia.
© AFP PHOTO / DOMINIQUE FAGET

Durant deux mois, le Liberia a été considéré exempt du virus. Mais ce vendredi, trois nouveaux cas d’Ebola ont été confirmés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans le pays. Une déception énorme.

C'est un coup dur pour les autorités sanitaires libériennes : trois nouveau cas d'Ebola ont été confirmés dans le pays, qui était jusque-là déclaré exempt de contagion, a annoncé vendredi un porte-parole de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Le premier malade est un garçon de 10 ans, tombé malade le 14 novembre. « Il était à l’école quand on a découvert qu’il avait une importante fièvre et il a été renvoyé chez lui, explique à RFI le docteur Francis Kateh, directeur de la Santé au Liberia. Le jour suivant, il a été examiné à l’hôpital et on a découvert qu’il était bien porteur du virus Ebola. Ce résultat nous a vraiment surpris. »

Entretemps, selon le docteur, son frère et leur père sont aussi tombés malades. Ils n'ont pas eu de contact connu avec des survivants, ajoute-t-il. « Mais ce qui est compte c’est que nous sommes préparés à toute éventualité. Notre système de surveillance va prendre en charge ces nouveaux cas, nous avons les moyens de prendre les mesures qui s’imposent et nous allons le faire immédiatement. A chaque fois que le Liberia est déclaré exempt d’Ebola, nous disons bien au public qu’il faut maintenir le dispositif de prévention qui nous a permis d’atteindre ce stade. »

Près de 5 000 décès au Liberia

Le Liberia avait été déclaré exempt de contagion une première fois en mai 2015 avant la réapparition de l'épidémie six semaines plus tard. Le pays avait été déclaré à nouveau exempt de contagion en septembre.

L'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest est la plus grave depuis l'identification du virus en Afrique centrale en 1976. Elle a fait 11 300 morts sur près de 29 000 personnes contaminées depuis décembre 2013. Le Liberia a enregistré au total 10 600 cas qui ont provoqué 4 808 décès.