Gabon : la «Marseillaise» entonnée à l’Institut français de Libreville

A Libreville, Adriana Bignagni Lesca, cantatrice gabonaise, a chanté la «Marseillaise» et dédié son concert aux victimes des attentats de Paris et à toutes les victimes des attentats dans le monde.
© Getty Images/Robert Ross

Au Gabon, la Marseillaise, hymne national français, a été entonnée ce vendredi 20 novembre au soir à l’Institut français de Libreville. Un public de Français et Gabonais est venu écouter un récital de la cantatrice gabonaise, Adriana Bignagni Lesca, que celle-ci a dédié aux victimes des attentats de Paris.

Gabonais et Français sont debout. Ils écoutent la Marseillaise. A 7 000 km de Paris, c'est leur façon de rendre hommage aux victimes des attentats du 13 novembre. Dominique Renaux, ambassadeur de France au Gabon n'a pas caché son émotion.

« Nous avons été très touchés par le geste de la cantatrice qui a décidé de dédier son concert de ce soir aux victimes des attentats de Paris et à toutes les victimes des attentats dans le monde », a déclaré l’ambassadeur de France au Gabon.

« Actes inhumains »

Juste après ces attentats, le chef de l'Etat gabonais, Ali Bongo a, dans un tweet, condamné « des actes inhumains ». Le secrétaire général de son parti s'est rendu à l'ambassade de France pour signer le livre de condoléances. Il était accompagné de Guy Christian Mavioga, porte-parole de la majorité présidentielle.

« Le peuple français est un peuple frère. Donc il était nécessaire pour nous de souhaiter, non seulement nos condoléances à la France, mais de marquer notre totale solidarité vis-à-vis du peuple français », a pour sa part déclaré le porte-parole de la majorité présidentielle au Gabon.

Le récital d'Adriana Bignagni Lesca a signé une reprise, en toute beauté, des manifestations publiques à l'Institut français de Libreville, une semaine après les attentats.