Attaque du Radisson à Bamako: des versions contradictoires

La police scientifique sur les lieux de l'attentat de l'hötel Radisson. Bamako, le 20 novembre 2015.
© REUTERS/Joe Penney

Les enquêteurs travaillent à l’hôtel Radisson à Bamako, au Mali. Ils cherchent à comprendre le déroulement de l'attaque de vendredi, qui a fait 22 morts parmi lesquels deux assaillants. Six autres personnes ont été grièvement blessées. Elle a duré un peu plus de dix heures. Et on commence à comprendre la manière dont elle s'est déroulée. Mais malgré tout, de nombreuses questions restent en suspens.

Deux terroristes ont été tués lors de l’assaut qui a mis un terme à l’attaque du Radisson, mais plusieurs témoins qui se trouvaient à l’intérieur de l’hôtel ont évoqué un nombre supérieur d’assaillants : de 4 à 6 personnes.

Une source au sein de la primature malienne explique que certains assaillants ont pu sortir de l’hôtel en se mêlant aux clients évacués avant l’assaut final. Une version catégoriquement démentie par le ministre malien de la Sécurité, le colonel Salif Traoré, qui assure qu’il n’y avait que deux assaillants et qu’il n’y a pas lieu de penser que d’autres aient pu s’échapper.

Selon certains témoignages, le commando serait arrivé à bord d’un 4x4 avec une plaque diplomatique américaine. On a des éléments contraires, assure encore le ministre, qui affirme que les personnes actuellement recherchées sont essentiellement des complices qui n’ont pas directement pris part à l’attaque.

Quant aux deux terroristes abattus, le colonel Traoré décrit de jeunes garçons, presque des adolescents, de peau noire. Ni leur identité, ni leur nationalité n’auraient encore été déterminées.

La France, les Etats-Unis et la mission des Nations unies dans le pays apportent leur aide aux autorités maliennes pour l’enquête et pour le renseignement. L'attaque a été revendiquée par le groupe islamiste al-Mourabitoune et par al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).