Algérie: l'ex-chef de la lutte anti-terroriste condamné à la prison

La condamnation du général Hassan intervient dans un contexte de lutte de pouvoir entre les services de renseignement et les proches du président Bouteflika (ici le 15 juin 2015).
© AFP PHOTO / POOL / ALAIN JOCARD

En Algérie, le général Hassan, ancien chef de la lutte anti-terroriste, a été condamné dans la soirée du jeudi 26 novembre à cinq ans de prison ferme. L'homme, qui a dirigé l'assaut lors de la prise d'otage d’In Amenas, a été arrêté le 27 août. Le procès s'est tenu jeudi à Oran. Et le verdict est à remettre dans un contexte de lutte entre les proches du président Bouteflika et les services de renseignement.

Cinq ans de prison ferme pour « infraction aux consignes militaires » et « destruction de documents ». C'était la peine requise par le procureur. Le maximum prévu par loi.

Le verdict du tribunal militaire d'Oran contre le général Hassan est inédit. Car le militaire est l'un des plus décorés du pays, chef de la lutte anti-terroriste au sein des services de renseignement, très respecté au sein de l'armée. Dès l'ouverture de l'audience, le procureur a demandé le huis clos.

Selon ses avocats, le général Hassan, dont le vrai nom est Abdelkader Aït Ouarabi, était serein face aux juges. Il s'est défendu en affirmant que ses actes avaient pour but de défendre les intérêts de l'Etat, protéger les institutions et sauver des vies.

Six témoins ont été entendus par le tribunal militaire dans l'après-midi. Les avocats avaient sollicité la comparution de l'ancien directeur du DRS, le général Toufik. Mais il n'a pas été convoqué par le tribunal.

Certains observateurs estiment que cette condamnation est un règlement de comptes dans un conflit de succession qui a opposé ces derniers mois les proches du président Bouteflika aux services de renseignement.