Burkina Faso: dernier jour de campagne avant une présidentielle attendue

A Ouagadougou, un homme passe devant un graffiti souhaitant bonne chance à la transition qui doit se terminer après les prochaines élections au Burkina Faso.
© AFP PHOTO / SIA KAMBOU

La campagne électorale s’achève ce vendredi soir au Burkina Faso. Trois semaines de campagne pour les 14 candidats en lice pour la présidentielle et les 7 000 candidats et supplétifs en course pour un fauteuil de député. Un scrutin sous haute surveillance, deux mois après une tentative de putsch et surtout, un scrutin historique, c’est en effet la première fois depuis 35 ans que les élections sont libres et pluralistes.

Ces élections vont mettre un point final à une année de transition ouverte à la chute de Blaise Compaoré en octobre 2014. Elles vont aussi consacrer un nouveau modèle politique plus ouvert et plus démocratique que durant les 27 années de règne de Blaise Compaoré. C’est du moins ce qu’attendent les 5,5 millions d’électeurs et les 14 candidats à la présidentielle.

Les Burkinabè veulent franchir un palier. Les candidats l’ont parfaitement compris. Et pour la première fois, on a essentiellement parlé durant les trois semaines de campagnes de programmes, d’idée et de projets. Il y a eu peu de polémique, peu de phrases assassines ou de coups bas. Entre ces candidats le jeu et plus ouvert qu’il ne l’a jamais été sous l’ancien régime, et plusieurs favoris nourrissent de légitimes espoirs. D’autant que les dirigeants de la transition ne sont pas candidats et que l’administration est neutre.

La Commission électorale affiche d’ailleurs une transparence à toute épreuve. Elle sera sous l’œil vigilant de la société civile et de ses 5 000 observateurs. Cependant, le putsch avorté de septembre dernier est encore dans toutes les têtes. Les dirigeants craingent un possible acte de sabotage, de violence ou même d’action terroriste que ce soit de la part de nostalgiques de l’ancien régime ou de groupes armés étrangers. Rappelons que le mois dernier, un commando venu du Mali a attaqué un poste de gendarmerie près de la frontière. Au total, 20 000 à 25 000 soldats, gendarmes et policiers sont mobilisés pour assurer la sécurité du scrutin.


■ Dernière ligne droite pour les candidats

Les différents candidats multiplient les rencontres et les caravanes afin de convaincre les derniers indécis. La candidate du Parti pour le développement et le changement (PDC), Saran Sérémé, l'une des deux femmes en lice pour la présidentielle a réuni ses militants dans un stade à Ouagadougou.

Pour son dernier contact avec ses militants et sympathisants de la capitale, Saran Sérémé a choisi le deuxième stade de la ville de Ouagadougou.
Reportage au meeting du PDC
27-11-2015 - Par Yaya Boudani