Sénégal: l’escrime pour canaliser la violence des jeunes en prison

Au Sénégal, depuis sa création en 1994, l’association « Pour le sourire d’un enfant » travaille en étroite collaboration avec les autorités judiciaires dans les quartiers des mineurs des prisons.
© Alex Potemkin/Getty images

Au Sénégal, depuis sa création en 1994, l’association « Pour le sourire d’un enfant » travaille en étroite collaboration avec les autorités judiciaires dans les quartiers des mineurs des prisons, notamment celle de Thiès. Elle cherche le moyen de canaliser la violence, de donner un second souffle à ces jeunes souvent condamnés à de longues peines. La solution trouvée : l’escrime. Le documentariste français Nils Tavernier a suivi ce projet depuis le début, son documentaire s’intitule « La Liberté en prime. Escrime et justice réparatrice ».

Alignés, en tenue blanche, épée à la main, masque sur la tête, plus rien ne distingue ces mineurs délinquants.
Reportage dans une prison pour mineurs
27-11-2015 - Par Guillaume Thibault

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.