A Nairobi, certains estiment que la visite du pape «ne changera rien»

En visite au Kenya, le pape a multiplié les discours contre la corruption et les inégalités.
© REUTERS/Simon Maina/Pool

Jeudi 26 novembre, le pape a célébré une messe à Nairobi, suivie par des centaines de milliers de fervents chrétiens qui chantaient et dansaient. Mais à côté, des millions d'autres habitants de la capitale kényane ont vaqué à leurs occupations, un peu dans l'indifférence. Une population qui semble plutôt désabusée. Réactions dans les rues de Nairobi.

Malgré la messe papale qui bat son plein au loin, John ne se fait guère d’illusions. Il estime que la charge du pape François contre la corruption n’aura aucun effet dans ce pays gangréné par ce fléau.

« Rien ne va changer. Les gens sont corrompus et cette corruption est hors contrôle. Même si lorsqu'on change de gouvernement, rien ne change, déplore-t-il. Le pape a beau condamner la corruption, mais cela ne va rien changer du tout dans ce pays. »

Contrairement à John, qui n’a pas jugé nécessaire d’aller assister à la messe, Joël, qui est serveur dans un restaurant, ne pouvait pas se libérer. Mais le discours du pape semble avoir réveillé l’espoir chez lui : « Absolument. Dieu peut changer toutes les choses, partout où il va. On espère donc le changement. »

Mais très peu semblent penser comme lui. Même ce vieux monsieur, un fervent chrétien qui revient de la messe son parapluie sous le bras, est plutôt pessimiste. « Je suis heureux parce que j'ai vu le pape, il m'a béni et depuis, je me sens planer. Mais je suis conscient que rien ne va changer ici, ce qui ne m'empêche pas de me sentir heureux. »

Le pape François qui semble, lui, avoir plus confiance en l’être humain a continué à distiller tout au long de ses nombreuses prises de parole au Kenya son message contre la corruption et les inégalités sociales.