RDC: réactions contrastées après les dernières annonces de Kabila

Joseph Kabila, le 3 février 2015.
© AFP PHOTO / CARL DE SOUZA

L'adresse radiotélévisée du président Joseph Kabila a provoqué des réactions diverses au sein de l'opinion congolaise. Pour certains, le discours renferme un piège qui devrait amener à la révision constitutionnelle, pour d'autres le dialogue devrait résoudre les nombreux problèmes qui se posent aux Congolais. Pour la Fondation Bill Clinton pour la paix, la grâce présidentielle doit être élargie également aux personnes condamnées dans le dossier de l'assassinat de Laurent-Désiré Kabila afin d’apaiser réellement les esprits.

Pour la Fondation Bill Clinton pour la paix, la mesure de grâce présidentielle devrait être étendue à d'autres catégories de détenus. Entre autres, ceux qui avaient été condamnés dans le procès de l'assassinat du président Laurent-Désiré Kabila.

D'autres franges de la société civile pensent que le dialogue convoqué par le président Joseph Kabila pourra apporter des solutions aux problèmes qui se posent dans le pays. C’est l’avis de Kathy Kalanga Kasesula, présidente de l'inter-plateforme de la société civile : « Nous soutenons les dialogues et nous voulons que les gens se mettent autour d’une table parce que nous n’aimerions pas que, demain, le sang des Congolais puisse encore couler. Il y a eu plus de six millions de morts dans ce pays ».

Pour d'autres Kinois, le discours du président Joseph Kabila ce samedi renferme des pièges. Une opinion répandue surtout dans l'opposition qui évoque la volonté de changer de Constitution. L'organisation du vote avec des moyens peu coûteux signifierait, selon cette opinion, le vote du président de la République au scrutin indirect, donc le vote par le Parlement.