RCA: l’ex-président Bozizé plaide sa cause dans une lettre au pape

Le président centrafricain François Bozizé, le 30 décembre 2012 à Bangui.
© AFP PHOTO/ SIA KAMBOU

En Centrafrique, RFI a pu consulter une lettre que l'ex-président a écrite au pape François avant sa venue dans le pays. Une lettre dans laquelle il appelle plus ou moins habilement le Saint Père à plaider pour lui.

Dans sa missive datée du 21 novembre, soit une semaine avant la venue du pape François en Centrafrique, Bozizé affirme que la présomption d'innocence ne s'applique pas à lui. Il expose ainsi au souverain pontife les sanctions qui pèsent sur sa personne, qu'elles soient d'origines centrafricaines ou onusiennes, notamment une interdiction de voyager.

L'ex-président explique ensuite ce qui, selon lui, pourrait lui permettre de revenir en Centrafrique : en premier lieu, le fait de devoir exercer un devoir religieux et donc d'assister à la venue pape.

Ensuite François Bozizé assure que la réconciliation en Centrafrique ne passera que par un dialogue inclusif, et reprend à son compte des éléments du discours du Saint-Père prononcé en 2013, discours dans lequel ce dernier appelait au dialogue et à l'unité.

Lettre morte

Du côté du parti de l'ancien président, on confirme qu'il a bien écrit cette lettre pour le pape François. Absolument pas pour essayer de l'amadouer mais dans une démarche « sincère », dit-on. Toujours selon la même source au sein du parti, cette lettre est restée sans suite.

François Bozizé s'est porté candidat à l'élection présidentielle mais des sources au sein de la Cour constitutionnelle avancent que son dossier pourrait être invalidé faute d'être inscrit sur les listes électorales. Le porte-parole du KNK, lui, botte en touche : « Nous avons 8 jours pour compléter le dossier, nous le ferons. »