Réchauffement climatique: quel impact sur l'agriculture en Afrique?

Une femme dans un champ de coton, au Mali.
© getty images

Au cours de cette troisième journée de la COP21 qui débute ce mercredi 2 décembre, il sera largement question de l’agriculture, essentielle à la survie des populations, mais aussi à la cohésion des sociétés, notamment en Afrique. Exemple au Mali et au Tchad, où les paysans sont largement impactés par des sécheresses de plus en plus récurrentes.

Tchad

La tête serrée dans un voile fin de couleur, Anta Fall Karambe évoque avec nostalgie ses souvenirs de champs de maïs et de petit mil dans certaines zones du grand Kanem, une région de l’ouest du Tchad aujourd'hui très touchée par la désertification. En fragilisant l’agriculture, cette sécheresse a déstabilisé toute la société locale.

« Il n'y a plus de pluie, donc tout le monde s'exile, déplore cette représentante de l’association pour la promotion des femmes et filles du Grand Kanem que RFI a rencontrée au Bourget en marge de la COP21. Il n'y a plus d'hommes sur place, il n'y a que des femmes et des enfants. Les hommes sont en ville, dans la capitale, en train de faire un travail qui n'est pas de l'agriculture et laissent sur place femmes et enfants avec strictement rien à manger. Les femmes qui veulent faire du maraîchage, elles le font une fois sur deux. Il n'y a pas d'eau. Les femmes se réveillent le matin pour aller chercher cette eau et reviennent cinq ou six heures après. Là-bas c'est le désert à 100 %. »

Anta Fall Karambe explique que cet appauvrissement a conduit à une recrudescence du mariage précoce et qu’il a contribué à l’éclosion de Boko Haram dans la région du lac Tchad. « L'exode rural aidant, Boko Haram a trouvé un terrain propice pour infiltrer les jeunes et essayer de les enrôler, de leur faire un lavage de cerveau [en profitant] de cette population démunie. » Pour elle, le changement climatique a tout changé. Il a dévasté sa région.

La lutte contre la désertification du lac Tchad a d'ailleurs occupé une grande partie des interventions des chefs d’Etats africains réunis ce mardi dans un mini-sommet organisé par le président François Hollande en marge de la COP21. Selon Mahamadou Issoufou, président du Niger, cette désertification participe à la déstabilisation de la région en aggravant la pauvreté, ce qui favorise l’implantation du terrorisme.

Le bassin du lac Tchad est devenu une zone de désolation où se joue l'un des plus grands drames humains de notre temps.
Mahamadou Issoufou, président du Niger
02-12-2015 - Par Florence Morice

Mali

Au Mali, la sécheresse ou encore le dérèglement des pluies ont un impact direct sur l'agriculture familiale. Ibrahima Coulibaly est le président de la Coordination des organisations paysannes du Mali. Il craint que les négociations de la Cop 21 ne permettent pas aux petits paysans de se faire entendre.

« Nous n'avons rien à attendre de ces négociations, parce qu'elles ne sont malheureusement pas centrées sur les intérêts des petits agriculteurs familiaux, regrette-t-il. Elles sont plutôt centrées sur comment faire plus d'argent avec l'économie verte. Les grandes entreprises prennent la tête des [débats] et pendant ce temps, ceux qui peuvent réellement contribuer à réduire les impacts du changement climatique sont ignorés. »

Ce que prône le président de la Confédération des organisations paysannes du Mali, c'est l'agroécologie. Une pratique agricole fondée sur le respect de l'environnement et des cycles naturels.

« Les petits paysans ont développé ces connaissances parce qu'ils ont été confrontés depuis des siècles à des problèmes, explique Ibrahima Coulibaly. Labourer, les gens savaient le faire, associer la production des arbres avec les productions agricoles annuelles, les gens savent le faire, et tout un tas de connaissances qui sont là, qu'il suffit de soutenir un tant soit peu et qu'il faut intégrer dans les politiques agricoles nationales voire internationales. »

Changer les pratiques agricoles doit permettre de soutenir les paysans, mais aussi de réduire les émissions de gaz à effets de serre. L'agriculture contribue à plus de 20 % des rejets mondiaux.

Vous pouvez retrouver notre site spécial et notre dernier webdocumentaire consacrés à la COP21.