Nouvelle base à Djibouti: la Chine peaufine son dispositif en Afrique

Le président chinois Xi Jinping à son arrivée en Afrique du Sud pour le sommet Chine-Afrique, le 2 décembre 2015.
© REUTERS/Sydney Seshibedi

Le président chinois Xi Jinping a été acclamé, vendredi 4 décembre lors du sommet Chine-Afrique en Afrique du Sud, à l'annonce d'une aide de 60 milliards de dollars pour le continent africain. Une enveloppe destinée à financer une dizaine de programmes de coopération, notamment dans l'agriculture, l'industrialisation, la réduction de la pauvreté et la sécurité. D'ailleurs, 60 millions de dollars seront destinés aux programmes paix et sécurité de l'Union africaine. Et d'ici fin 2017, la Chine devrait par ailleurs disposer d'une base navale à Djibouti, petit pays stratégique de la corne de l'Afrique.

Une base navale opérationnelle d'ici fin 2017. Objectif : la lutte contre la piraterie et la sécurisation du golfe d'Aden. Il s'agit d'un des corridors maritimes les plus fréquentés au monde, y compris par des navires chinois.

Selon le ministre des Affaires étrangères de Djibouti, Mahamoud Ali Youssouf, les négociations avec la Chine se sont achevées ; la Chine devient un allié stratégique supplémentaire dans la lutte contre le terrorisme et la piraterie, dit-il.

« Il y a une base navale américaine à Djibouti, française, italienne... L'esprit du monde bipolaire est terminé. Aujourd'hui, nous vivons dans un monde globalisé, où les menaces sont les mêmes », explique le ministre.

« Aujourd'hui, ISIS (le groupe Etat islamique, NDLR), le terrorisme, frappent partout, et ces menaces doivent être éradiquées. Pour cela, il faut une coopération internationale, et il ne faut pas voir dans la base chinoise une velléité d'hégémonie sur la corne de l'Afrique ou sur le monde », continue-t-il.

La base sera située sur l'un des quais du nouveau port de Djibouti, actuellement en construction. Depuis 2008, la marine militaire chinoise a accompli une vingtaine de missions dans le golfe d'Aden, dans le cadre des efforts pour combattre la piraterie.

C'est une aubaine pour l'Afrique, et ce n'est pas la première fois que la Chine investit dans les secteurs du développement en Afrique. Je crois que la Chine est en train de combler un vide (alors que) que les pays qui avaient la responsabilité historique de pallier à ce manque ne l'ont pas fait
Mahamoud Ali Youssouf, ministre djiboutien des Affaires étrangères
05-12-2015 - Par Alexandra Brangeon