Côte d'Ivoire: tensions sur les campus

Université Félix-Houphouët-Boigny à Cocody, Abidjan, Côte d'Ivoire.
© Wikimedia

Une semaine à risque s'annonce sur l'un des principaux campus d'Abidjan. Alors que les facs ont longtemps été de hauts lieux de contestation politique, ces derniers jours ont été particulièrement mouvementés à l'université Félix-Houphouët-Boigny d'Abidjan après l'exclusion de certains élèves membres de syndicats étudiants.

Autour de l'université de Cocody, le dispositif sécuritaire a été renforcé ce week-end. Une précaution indispensable selon ses responsables, après un incendie qui a ravagé samedi 5 décembre certains services administratifs.

La veille, des véhicules avaient été saccagés en marge d'une manifestation de membres de syndicats étudiants. Des incidents qui surviennent après plusieurs semaines de tensions autour des amphis de l'université Houphouët-Boigny, un campus longtemps considéré comme un lieu de constestation.

Tout a commencé à la mi-novembre, lorsque qu'une importante bagarre a opposé les membres de l'AGEECI et de la FESCI, des syndicats étudiants. L'un d'eux est mort, d'autres ont été blessés. Les dirigeants ont alors décidé de suspendre l'activité de ces organisations et, la semaine dernière, d'exclure une dizaine de leurs responsables.

Considérés par certains comme des appendices de partis politiques et des organes violents, ces syndicats récusent ces accusations et crient à l'injustice. Mais le bras de fer a bien commencé. C'est désormais leur dissolution qui est envisagée.