RCA: tension entre un chef de guerre de l'ex-Seleka et le gouvernement

Des soldats de l'ex-Seleka dans un pick-up, au nord de Bangui le 27 janvier 2014.
© REUTERS/Siegfried Modola

En République centrafricaine, le chef de guerre Nourredine Adam, qui dirige une des plus importantes branches de l'ex-coalition Seleka - les FPRC - a déclaré que lui et ses hommes s'opposeraient à tout déploiement de l'autorité de l'Etat dans la zone qu'il contrôle, c'est-à-dire une bonne partie de l'est de la Centrafrique. Pour le gouvernement, ces paroles sont une déclaration de guerre.

Nourredine Adam dit accepter « des enseignants et des médecins mais aucun autre fonctionnaire, notamment des gendarmes », avant d’ajouter qu’il s’opposait également « à la tenue d'élections » dans l’ensemble du territoire qu’il contrôle. C’est en substance, le chantage fait au gouvernement. Ce dernier n’a pas tardé à lui répondre. Joint par RFI, Dominique Said Paguindji, porte-parole du gouvernement, considère que ces paroles sont une déclaration de guerre qui vise une partition du pays.

« Une fois de plus, Nourredine Adam vient de s’illustrer par une déclaration fracassante pour s’opposer à la tenue des élections dans la zone sous son contrôle. Il s’oppose également au redéploiement des fonctionnaires de l’Etat. Il vient, par cet acte-là justement, de déclarer la guerre. La guerre à l’Etat, c’est un crime imprescriptible », a estimé le porte-parole du gouvernement centrafricain.

Adam réclame une partition du pays

« Pour le gouvernement de transition, Nourredine se positionne comme l’ennemi numéro un de la paix, de la réconciliation. Nous demandons également que la communauté internationale puisse mettre en application les résolutions des Nations unies et surtout la décision de la CEAC qui demande justement à ce que toutes les personnes qui se mettraient au travers du processus électoral puissent être neutralisées et déférées à la Cour pénale internationale », a ajouté Dominique Said Paguindji.

Nourredine Adam en plus de s'opposer à la tenue d'élection dans sa zone, très floue, de l'est de la Centrafrique, revendique également, la partition du pays et parle d'une nouvelle république de la Logone. Différents groupes armés, comme le MPC, actif à Kaga Bandiro, se sont dissociés de cette annonce.

Suite à plusieurs reports en raison de l’insécurité et des difficultés logistiques, le premier tour des élections présidentielle et législatives est prévu le 27 décembre. Près de deux millions d’électeurs sur environ 4,6 millions d’habitants se sont inscrits sur les listes électorales.

Il vient de déclarer la guerre à l'Etat. Nourredine se positionne en ennemi numéro un...
Dominique Said Paguindji, porte-parole du gouvernement centrafricain
06-12-2015 - Par Matéo Guidoux