Republier
RCA Seleka

RCA: les propos de Nourredine Adam relativisés

Une moto passe devant un véhicule blindé des Nations unies près de la mosquée de Koudoukou où le pape François a rencontré l'imam Tidiani Moussa Naibi, à Bangui, le 30 novembre 2015.
© REUTERS/Stefano Rellandini

En Centrafrique, le référendum constitutionnel est prévu le 13 décembre. Nourredine Adam, chef de guerre de l'ex-coalition Seleka, a annoncé qu'il n'y aurait pas d'élections dans la zone qu'il prétend contrôler, notamment à Kaga Bandoro dans le nord-est de la Centrafrique. Une annonce qui n'inquiète pas outre mesure les autorités en charge des élections.

« Les déclarations de Nourredine sont à prendre avec des pincettes, nous ne voulons pas lui donner plus d'importance qu'il n'en a », confie un diplomate en poste à Bangui. La Minusca de son côté a dévoilé son dispositif visant à encadrer et sécuriser le processus électoral. Plusieurs milliers d'hommes, des patrouilles, des moyens aériens et une présence continue dans certaines villes clefs et dites sensibles, comme à Bambari et à Kaga Bandoro.

RCA: tension entre un chef de guerre de l'ex-Seleka et le gouvernement

Pas d'inquiétude donc, c'est le mot d'ordre dans les rangs de l'ONU et du comité stratégique des élections, qui avouent toutefois être « tout à fait conscient du potentiel de nuisance de Nourredine Adam ».

Beaucoup de groupes armés se sont dissociés de l'appel du chef des FPRC, notamment Mahmat al-Khatim, un proche de Nourredine qui fut son conseiller en matière de sécurité. A noter également l'appel du MPC, un autre groupe armé de Kaga Bandoro qui incite la population et ses membres à prendre part au processus électoral.

L'impact que pourraient avoir les menaces de Nourredine semble donc mesuré. D'autant que l'organisation du référendum est vue par beaucoup à Bangui comme « un galop d'essai logistique », avant les élections du 27 décembre.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.