Présidentielle en RCA: tensions à Bangui après l'éviction de Bozizé

Patrouille de la Minusca à Bangui, le 14 septembre 2015.
© AFP PHOTO / EDOUARD DROPSY

En Centrafrique, on connaît désormais la liste définitive des candidats à la présidentielle du 27 décembre. Sur les 44 dossiers déposés, 30 ont été retenus par la Cour constitutionnelle de transition ce mardi. Parmi les recalés, l'ancien président François Bozizé et Patrice Edouard Ngaissona, ancien leader anti-balaka. Peu après la publication de la liste des candidats, la tension est montée d'un cran à Bangui.

Des barricades ont été de nouveau érigées dans les quartiers réputés fidèles à François Bozizé ou Edouard Ngaissona: Boy Rabe, Combattants et Gobongo dans le nord de la ville, mais aussi vers PK9, au sud-ouest. Les rues de la capitale se sont vidées.

Pourquoi ces candidats ont-ils été recalés ? Quels sont ceux qui ont été retenus ? Deux raisons ont été invoquées pour expliquer le refus du dossier de François Bozizé. D'abord, l'absence de preuve de son inscription sur les listes électorales. Et pour cause, l'ancien président, frappé d'interdiction de voyager, n'a pu se déplacer pour s'inscrire. La Cour constitutionnelle se réfère aussi à l'article premier de l'accord signé à Libreville en janvier 2013 et qui interdisait au président Bozizé de briguer un nouveau mandat.

Casiers judiciaires et dossiers incomplets

Patrice Edouard Ngaissona se voit, lui, reprocher son casier judiciaire et des créances auprès d'entreprises d'Etat pour un montant dépassant les 500 millions de francs CFA. Exit aussi Michel Amine, condamné pour une affaire de faux passeport. Condamnations, absence du versement de la caution de 5 millions de FCFA ou dossier incomplet auront été les principaux arguments utilisés pour justifier l'invalidation de 14 candidatures.

Parmi les dossiers retenus, ceux d'anciens Premiers ministres : Martin Ziguélé, Anicet Georges Dologuélé ou Faustin Touadéra. Une douzaine d'anciens ministres sont aussi dans la course, dont Karim Meckassoua, Désiré Kolingba, Cyriaque Gonda, Jean Willybiro-Sacko ou Jean Serge Bokassa entre autres. Des diplomates également, comme l'ancien ambassadeur à l'ONU Charles Armel Doubane, mais aussi le défenseur des droits de l'homme Mathias Morouba. Une seule femme en revanche, l'ex-ministre Regina Konzi.

La campagne présidentielle officielle démarre le 12 décembre. Le 13 doit se tenir le referendum constitutionnel.

■ La liste complète des 30 candidats à la présidentielle :

- Anicet Georges Dologuélé
- Faustin Archange Touadéra
- Jean Michel Mandaba
- Martin Ziguélé
- Charles Armel Doubane
- Fidèle Gouandjika
- Désiré Kolingba Nzanga
- Sylvain Patassé-Ngakoutou
- Cyriaque Gonda
- Guy Moskit
- Timoléon Mbaikoua
- Régina Konzi
- Gaston Mandata Nguérékata
- Abdou Karim Meckassoua
- Jean-Barkès Ngombe-Ketté
- Laurent Gomina-Pampali
- Constant Gouyomgbia Kongba Zézé
- Mathias Barthélemy Morouba
- Jean Willybiro-Sako
- Théodore Kapou
- Émile Gros Raymond Nakombo
- Xavier Sylvestre Yangongo
- Théophile Sony Colé
- Maxime Kazagui
- Olivier Gabirault
- Stanislas Moussa Kembé
- Jean-Baptiste Koba
- Jean Serge Bokassa
- Marcel Djimassé
- Joseph Yakete