Burkina: une nouvelle unité pour assurer la sécurité du président

Des militaires de l'ex-RSP, dissous après le coup d'Etat avorté du 17 septembre, ici le 20 septembre 2015.
© AFP/SIA KAMBOU

Une nouvelle unité a été créée pour assurer la protection du président après la dissolution de l'ex-Régiment de sécurité présidentielle suite au coup d'Etat du 17 septembre dernier. Le groupement de sécurité et de protection républicain a pris fonction la semaine dernière. C'est lui qui assure désormais la sécurité du président burkinabè.

Le groupement de sécurité et de protection républicain assure désormais la sécurité du président du Burkina Faso et de certaines hautes personnalités. Composée de policiers, gendarmes et militaires, cette nouvelle unité a pour chef de corps le colonel Boukari Baguian, qui était jusque-là commandant du Prytanée militaire du Kadiogo, un établissement d’enseignement secondaire dépendant du ministère de la Défense.

Au moins 400 hommes composent actuellement cette unité, mais les effectifs seront revus à la hausse pour atteindre un millier d'hommes à terme.

Selon une source sécuritaire, chaque composante de ce nouveau groupement de sécurité et de protection du président aura une mission spécifique. Pendant que certains seront chargés de la sécurité rapprochée du président, les autres pourront servir aux renseignements généraux ou à la garde et l'appui.

Le camp Naba Koom 2 comme base

Afin de maintenir la cohésion au sein de cette unité, une série de formations spécifiques est prévue. Ce nouveau groupement de sécurité présidentielle a pour base le camp Naba Koom 2, qu'occupait l'ex-Régiment de sécurité présidentielle avant sa dissolution.

Depuis la dissolution de l'ex-garde prétorienne de l'ancien président Blaise Compaoré après le coup d'Etat du 17 septembre dernier, c'est la gendarmerie et la police qui assuraient la sécurité du président de la transition, Michel Kafando.