Niger: 2 arrestations après l’attaque du siège du parti présidentiel

Le président nigérien Mahamadou Issoufou, au palais de la présidence à Niamey,
© France 24

Au Niger, l'enquête progresse rapidement suite aux tirs qui ont touché le nouveau siège en construction du parti au pouvoir dans la nuit du dimanche au lundi 14 décembre. Des tirs qui ont fait un blessé, un des policiers qui étaient en faction cette nuit-là. Deux des auteurs ont été arrêtés, selon une source officielle. Et selon le ministre de l'Intérieur, il ne s'agit pas d'une attaque terroriste.

C'est une certitude pour le ministre nigérien de l'Intérieur, il ne s'agit pas d'une attaque terroriste. Mais Hassoumi Massaoudou n'en dit pas plus à l'heure qu'il est, si ce n'est que l'enquête progresse vite. Ce qui semble être le cas, puisque deux des auteurs ont déjà été arrêtés. Reste à savoir maintenant où se trouve le troisième homme mentionné par le porte-parole de la police lundi dans son communiqué.

En tout cas, de source officielle, la piste d'un acte qui visait délibérément le chantier du siège du PNDS n'est pas encore confirmée. Cette hypothèse s'éloigne même, confie notre interlocuteur qui écarte aussi de plus en plus un acte politique.

Des précédents

Alors si les mobiles politique et terroriste sont écartés, de quoi s'agit-il ? Ce qui est sûr, c'est que les hommes qui ont tiré étaient armés de fusils d'assaut et au moins l'un d'eux portait un treillis. Selon le porte-parole de la police, dix-sept douilles d'AK 47 ont été retrouvées sur les lieux.

Le siège du parti au pouvoir a été attaqué déjà à deux reprises. En mai 2014, des hommes armés ont attaqué le PNDS au cocktail Molotov. Plusieurs personnes avaient été brulées. En janvier de cette année, le bâtiment avait aussi été visé par des manifestants anti-Charlie Hebdo, qui s'en était aussi pris à des églises et des débits de boisson.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.