Des opposants de RDC réunis au Sénégal publient un rapport

Des membres de l'opposition réunis à Kinshasa, le 15 septembre 2015 lors d'un meeting contre le souhait du président Joseph Kabila de briguer un troisième mandat au terme des élections de fin d'année.
© AFP/Junior Kannah

Du 12 au 15 décembre 2015, sur l’île de Gorée, des membres de la société civile et de l’opposition politique de la République démocratique du Congo ont échangé avec des leaders de la sous-région. En toile de fond : l'élection présidentielle congolaise prévue en 2016. Alors que Kinshasa a accusé le Sénégal d'accueillir une réunion destinée à « déstabiliser les institutions » du pays, de leurs côtés, les autorités sénégalaises ont indiqué qu’elles n’avaient rien à voir avec « cette réunion privée ».

Aucune déclaration officielle n’a été faite à l'issue de ces rencontres. Seul un rapport de trois pages a été publié. Intitulé « Les élections et les processus démocratiques en Afrique subsaharienne », il fait état de la réunion qui s’est déroulée sur l’île de Gorée à huis clos.

Un focus particulier a été fait sur la situation congolaise. Concrètement, les 30 participants de huit pays, notamment le Burkina, le Togo, l’Angola et la RDC ont échangé durant deux jours sous forme d’ateliers.

Modifications des lois électorales

Premier constat, il est général : « Les modifications des lois électorales, notamment pour la prolongation d’un mandat présidentiel, posent des problèmes pour la réalisation d’élections transparentes et crédibles ».

Second point mis en avant par les membres venus de RDC, ils estiment qu’il y a « une absence de volonté politique » pour financer les entités de gestion. Selon eux, elles sont trop politisées pour assurer la transparence des scrutins.

Travailler main dans la main

Le rapport pointe également le manque de cadre légal pour le financement des partis.

Le texte dénonce la faiblesse des partis d’opposition et la nécessité pour la classe politique de s’accorder avec la société civile avec un seul objectif : travailler main dans la main pour la réalisation « d’un scrutin crédible ».

Ce premier rapport n’est qu’une ébauche. La société civile de RDC a annoncé qu’une conférence de presse plus complète serait organisée rapidement, sans donner de date précise.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.