Rwanda: une ONG dénonce l'enrôlement de réfugiés burundais

Des Burundais arrivant au centre de réfugiés de Bugesera, au Rwanda, le 3 avril 2015.
© AFP PHOTO / Stéphanie Aglietti

La polémique autour des allégations de soutien de Kigali à un embryon de rébellion burundaise resurgit. En cause, un rapport de l'ONG « Refugees International » publié lundi 14 décembre et qui dénonce l'enrôlement de civils burundais par des groupes armés dans le camp de réfugiés de Mahama, dans le sud-est du Rwanda. L’organisation, qui milite pour la protection des personnes déplacées, demande à la communauté internationale de sanctionner les responsables de ce recrutement. Près de 70 000 Burundais ont fui au Rwanda depuis le début de la crise dans le pays.

Refugees International se dit « profondément préoccupée par la mise en péril du caractère civil et humanitaire de l'asile au Rwanda ». En septembre et octobre derniers, l'ONG américaine s'est rendue au Rwanda où elle dit avoir recueilli des témoignages faisant état de recrutements de réfugiés burundais, dont des mineurs par « des groupes armés ». Des activités qui « constituent potentiellement de graves violations du droit international », dénonce l'organisation, et qui pourraient déstabiliser la région.

Selon l'ONG, les réfugiés interrogés assurent que ceux refusant cet enrôlement font l'objet de « menaces » voire d'agressions physiques. Des témoignages feraient aussi état d'entraînements au Rwanda par « des personnes parlant le kinyarwanda », la langue locale.

L'ONG appelle Kigali à s'assurer que « tout recrutement de réfugiés cesse immédiatement » et réclame des sanctions pour les responsables de ces actions. Des accusations « sans fondement », a réagi Séraphine Mukantabana. La ministre rwandaise en charge des Réfugiés a répété que les Burundais quittant le Rwanda rentraient chez eux dans le « respect des procédures légales ».