Republier
RCA

RCA: Minusca et ambassadeurs au fief de Nourredine Adam pour rassurer

Des soldats sénégalais de la Minusca patrouillent dans les rues de Bangui le 10 décembre 2015, deux jours après des affrontements sporadiques qui ont suivi l'annonce de l'éviction de l'ex-président Bozizé des élections en Centrafrique.
© MARCO LONGARI / AFP

Une délégation d'ambassadeurs et le chef de la Minusca, la mission de l'ONU en Centrafrique, se sont déplacés ce mercredi 16 décembre dans le fief d'un chef rebelle de l'ex-Seleka, où le vote référendaire a été perturbé dimanche dernier. Un moyen d'affirmer une nouvelle fois l'autorité de l'ONU et de rassurer la population avant les élections du 27 décembre.

A Kaga Bandoro, le fief de Nourredine Adam, leader des FPRC – Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique –, les autorités locales ne sont pas très rassurées par les échéances électorales. Surtout après le référendum, pendant lequel des hommes armés ont fortement perturbé le scrutin.

« Ils ont tiré des coups de feu en l'air. Des grenades ont été jetées Abdoulaye Mahamat, témoigne le préfet de la Bamingui Bangoran. Ils ont tous les moyens d'intimider la population. Nous ne pouvons pas faire autrement, on n'a pas les moyens de faire face. Je ne suis pas encore confiant. Il faut des mesures qui puissent rassurer la population. On attend beaucoup de la Minusca et du renfort pourquoi pas d'autres contingents. »

Lire aussi : RCA: tentative de sécession par l'ex-Seleka avortée dans le Nord-Est

Le représentant spécial des Nations unies Parfait Onanga a profité de cette visite pour faire des annonces fortes. Les villes de Kaga Bandoro et Ndélé sont décrétées « zones exemptes d'armes ». Un désarmement forcé des combattants sera effectué si nécessaire.

Pour lui, cette mesure « est un message clair envoyé aux groupes armés. Une mission de la Minusca », ajoute-t-il, sera « menée avec détermination pour s'assurer que tout groupe armé, que ce soient les ex-Seleka ou les anti-balakas, qui tenteraient de perturber le processus électoral, soient mis aux arrêts. »

Ce qui s'est passé pendant le référendum se reproduira sûrement dans une moindre mesure pendant l'élection présidentielle, a également lancé Parfait Onanga. Tout en affirmant que la Minusca serait là pour appuyer le processus électoral.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.