Mali: l’imam Mahmoud Dicko dément soutenir le terrorisme

Mahmoud Dicko, le président du Haut Conseil islamique, au stade du 26-Mars, à Bamako, le 12 août 2012.
© REUTERS/Adama Diarra

C’est peut-être la fin d'une polémique au Mali. Des commentaires de la presse, de personnalités du monde judiciaire, ou encore de simples citoyens avaient laissé entendre que le président du Haut Conseil islamique malien (HCIM), Mahmoud Dicko, aurait fait l'apologie du terrorisme. Recevant RFI, l'intéressé a formellement démenti, et calme le jeu.

Lorsqu’il reçoit RFI dans son bureau du Haut Conseil islamique, l’imam Mahmoud Dicko est plutôt détendu malgré son franc-parler. Récemment, dit-il, après un entretien accordé à une radio privée locale, des propos ont été sortis de leur contexte et ont été présentés comme s’il soutenait les assaillants de l’hôtel Radisson Blu de Bamako.

« Faux », il n’a jamais fait l’apologie du terrorisme, explique Mahmoud Dicko : « S’il y a quelque chose qui nous dessert aujourd’hui, c’est bien le terrorisme. Je l’ai dit dimanche passé. Ca sert à certains venus de Libye de venir encore nous occuper ». Notre interlocuteur insiste par ailleurs sur la nécessité de vivre ensemble au Mali : « Inch’Allah, nous avons une grande culture qui nous permet vraiment de vivre ensemble, qui vient avant tout ce qu’on a comme considération ».

Mahmoud Dicko calme donc le jeu, tout comme le procureur près la cour d’appel de Bamako qui, sur la base des propos prêtés au président du Haut Conseil islamique du Mali, avait fait une sortie remarquée. « Tout est bien qui finit bien », conclut un proche de Mahmoud Dicko.