Libye: les affrontements se poursuivent à Ajdabiya

Lance-roquettes de type Grad positionné à Ajdabiyah.
© REUTERS/Amr Abdallah Dalsh

Les combats se poursuivent à Ajdabiya dans l'est de la Libye entre des milices islamistes et des combattants loyaux au gouvernement reconnu de Tobrouk. Des affrontements qui ont débuté le mercredi 16 décembre alors qu'au Maroc se préparait la signature de l'accord politique entre les deux factions rivales qui se disputent le pouvoir. Selon le dernier bilan fourni samedi soir par le Croissant-Rouge libyen, 17 combattants des deux camps ont été tués et 27 blessés. On est bien loin du cessez-le-feu réclamé par la communauté internationale en Libye.

Pendant qu'au Maroc, les deux camps rivaux libyens signent un compromis tant attendu, dans l'est libyen les combats font encore rage. C'est à l'ouest d'Ajdabiya que se concentrent les affrontements, épargnant pour l'instant le centre-ville. Mais, pour combien de temps, se demande le porte-parole du Croissant-Rouge libyen, Mohamed Moustafa al-Misrati.

Trève

Son organisation tente d'obtenir une trêve : « En tant qu'humanitaires, nous appelons toujours toutes les parties au conflit à ne pas viser les zones civiles, ni les hôpitaux. Avec notre antenne à Ajdabiya, nous essayons en ce moment d'obtenir un cessez-le-feu afin de pouvoir évacuer au mieux les morts et les blessés. Nous avons pu obtenir une mini-trêve jeudi et nous tentons à nouveau d'en obtenir une de plus longue durée pour évacuer certains civils ».

Crainte

A ce stade, difficile de savoir qui sont les combattants islamistes qui font face aux milices progouvernementales. Un officier loyaliste a affirmé, ce samedi 19 décembre, que la menace provenait d'éléments terroristes, sans plus de précision. La plus grande crainte, c'est que des éléments de l'organisation Etat islamique établis à Syrte, à 250 km plus à l'ouest ne se rapprochent du croissant pétrolier, dont Ajdabiya fait partie.