Republier
Burkina Faso

Putsch raté: deux journalistes burkinabè inculpés

Les deux journalistes sont sous le coup des mêmes chefs d'inculpation que le général Diendéré (photo). Ici, le 23 septembre 2015.
© REUTERS/Joe Penney

Au Burkina Faso, dans le cadre de l’enquête sur la tentative de putsch du 17 septembre, deux journalistes viennent d'être inculpés de complicité d'atteinte à la sûreté de l'Etat et des mêmes chefs d'inculpation que le général Gilbert Diendéré, l'auteur présumé du coup d’Etat avorté. Ce qui inquiète les organisations professionnelles de journalistes et des médias. Après leur audition au début du mois de décembre, les deux journalistes ont été incarcérés.

Les deux journalistes, Caroline Yoda, présentatrice et reporter d'images à la télévision privée BF1 et Adama Ouedraogo, chef du desk politique au quotidien L'Observateur Paalga sont incarcérés à la maison d'arrêt et de correction de Ouagadougou et à la maison d'arrêt et de correction des armées.

Selon le directeur de la télévision BF1, Caroline Yoda est accusée d'avoir soutenu « moralement et matériellement » le putsch de l'ex-Régiment de sécurité présidentielle en septembre dernier.

Quant au chef du desk politique de L'observateur Paalga, qui était hors du pays, il s'est rendu lui-même à la gendarmerie car son nom figurait dans le rapport de la commission d'enquête sur le putsch. Quelques jours après son audition, il a été arrêté.

Les deux journalistes sont accusés de complicité d'atteinte à la sûreté de l'Etat, de destruction aggravée de biens, de complicité de meurtre, de coups et blessures volontaires et d'association de malfaiteurs, entre autres. Les mêmes chefs d'inculpation que le général Gilbert Diendéré, instigateur présumé de la tentative de coup d’Etat.

Vu la gravité des chefs d'inculpation, selon les associations professionnelles des médias, des démarches ont été entreprises afin de pouvoir rencontrer les deux journalistes incarcérés. Mais selon Maître Stéphane Ouédraogo, les deux journalistes n'ont pas encore été entendus sur le fond du dossier, donc difficile de savoir les faits qui leur sont reprochés exactement dans cette affaire.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.