Gabon: une journée en noir pour protester contre les injustices

L'opération visait à protester contre les violences policières et l'injustice sociale.
© AFP/Wils Yanick Maniengui

Un parti de l'opposition gabonaise avait appelé lundi à une journée noire. L'Alliance pour un nouveau Gabon a invité les Gabonais à se rendre au travail vêtus de noir pour protester contre les violences policières et l'injustice sociale. Le principal organisateur a s’est félicité d'un succès total alors que le pouvoir a parlé d'un flop.

Dans un point de presse en face de l'Assemblée nationale où il a réuni une centaine de partisans, tous effectivement habillés en noir, le président de l'Alliance pour un nouveau Gabon (ANG), Davin Akouré, a déclaré que son appel avait été un franc succès. « Cet appel a été vraiment très suivi, a-t-il assuré. Plusieurs Gabonais ont effectivement adhéré à cette initiative. C’est peut-être un coup d’épée dans l’eau pour le pouvoir, mais pour nous, c’est l’expression du peuple et cette expression de toute façon est en marche parce que nous avons lancé le train de l’alternance. »

Mais du côté du gouvernement, le son de cloche est complètement différent. Son porte-parole, Alain Claude Bilie By Nzé, a dénoncé un mauvais coup médiatique. « Il peut dire que c’est un succès, mais c’est un succès effectivement à ses propres yeux, a-t-il ironisé. Quel sujet de mobilisation de demander aux gens d’être vêtus de noir ? Au Gabon, le noir c’est une couleur de deuil. Celui qui n’a perdu aucun parent, pourquoi va-t-il se mettre en noir ? Parce que M. Akouré a besoin d’exister ? Qu’il trouve autre chose. »

Succès mitigé ou pas, Davin Akouré insiste : il rééditera son opération afin que la police cesse sa pression contre le petit peuple et que la justice ne soit plus aux ordres du pouvoir.