Mali: distribution d'actes de naissance dans le nord du pays

De nombreux enfants nés en 2012 et 2013 ont enfin pu obtenir un acte de naissance de la part de l'Etat malien.
© AFP PHOTO/PHILIPPE DESMAZES

Lorsque les jihadistes contrôlaient totalement le nord du Mali, entre 2012 et 2013, il n'y avait pas d'administration. Pas de possibilité de délivrer des actes de naissance pour les enfants nés de parents connus ou pour les enfants dont les mères ont été violées. L'association pour la défense des droits de la femme (APDF) avec le concours de la fondation Bank of Africa a organisé à Tombouctou une cérémonie de distribution d'actes de naissance à ces enfants.

L’opération a permis à un millier d’enfants de la région de Tombouctou, nés pendant l’occupation du nord par les jihadistes, d’obtenir un acte de naissance. Parmi ces enfants il y a ceux dont les parents sont connus, mais également ceux dont les mères ont été violées.

« Les enfants nés par suite de viols, effectivement, par des jihadistes, par des combattants armés dans l’armée, à ces enfants aussi on a fait faire des actes de naissance. Ils sont innocents, ils n’ont pas cherché à être issus d’un viol », explique Fatoumata Siré Diakité, la présidente de l'Association malienne pour la défense des droits de la femme.

Pour elle, l’Etat doit prendre en charge ces enfants nés de viol : « Ma proposition est que ces enfants deviennent des pupilles de l’Etat pour qu’ils puissent bénéficier, et de la santé et de l’éducation, quand ils auront l’âge, qui est une prise en charge totale de l’Etat, parce qu’il y avait une situation de guerre, une situation de conflit ».

Prise en charge des enfants mais également de leurs mères, réclame l'APDF.