RCA: Noureddine Adam regrette d'avoir prôné la partition du pays

Des soldats de l'ex-Seleka, dont Noureddine Adam était numéro deux, au nord de Bangui en janvier 2014.
© REUTERS/Siegfried Modola

Noureddine Adam, l'ancien numéro deux de l’ex-Seleka et actuel patron du Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique, déclare depuis Ndjamena où il est arrivé il y a quelques jours, qu'il renonce à perturber la tenue des prochaines élections et dit regretter d'avoir prôné la partition de la RCA.

Le chef rebelle centrafricain est entré au Tchad par Daha, à la frontière sud-est, proche de la région centrafricaine de Birao. C'est là que les services tchadiens l'ont récupéré pour le conduire à Ndjamena.

De sources tchadiennes, c'est à la demande de l'Organisation de la conférence islamique (OCI) que Noureddine Adam a été accueilli au Tchad où l'a retrouvé le Sénégalais Cheikh Tidiane Gadio, envoyé spécial de l'OCI pour la crise centrafricaine. « Nous n'avons pas souhaité nous mêler des affaires centrafricaines pour y avoir laissé trop de plumes », explique un officiel tchadien.

Après plusieurs discussions avec l'envoyé spécial de l'OCI en présence d'officiels tchadiens, Noureddine Adam dit, dans une déclaration, qu'il s'engage à apporter une contribution positive et sincère à la tenue des prochaines élections générales en Centrafrique le 27 décembre prochain. « Nous exprimons nos regrets pour les récents affrontements et les actes qui nous ont fait prêcher une partition pure et simple. Au contraire nous nous sommes battus toute notre vie pour une République centrafricaine unie, indivisible, mais réellement inclusive et qui accepte et protège tous ses enfants, qu'ils soient chrétiens, musulmans, animistes ou adeptes de toute forme de croyance », ajoute Noureddine Adam dans sa déclaration.