Ebola: de graves séquelles subsistent chez certains survivants

De nombreuses séquelles perdurent chez de nombreuses personnes guéris du virus Ebola.
© RFI/Sébastien Nemeth

Malgré leur guérison, les survivants d'Ebola doivent vivrent avec de graves séquelles. C'est ce que révèle une étude, la première du genre. Cécité, surdité, problèmes articulaires, ces lésions sont légion et peuvent durer d'autant plus que le virus était virulent.

C'est la première fois qu'un tel travail est effectué, en effet, lors des précédentes épidémies d'Ebola, trop peu de personnes avaient survécu pour étudier les séquelles engendrées par le virus.

Concrètement, ce sont 277 personnes survivantes qui ont été examinées au printemps dernier. Quatre mois après leur guérison, les trois quarts d'entre elles souffraient toujours de problèmes articulaires, 60% de troubles de la vue pouvant aller jusqu'à la cécité, et un quart, de problèmes d'audition comme des acouphènes.

Ces chiffres sont élevés et surprennent puisque lors de la guérison, le virus Ebola est rapidement éliminé du corps. Mais les chercheurs ont découvert qu'il pouvait subsister ce qu'ils appellent des « sites sanctuaires », c'est-à-dire des endroits, comme les yeux ou les testicules, où la charge virale peut rester importante malgré la guérison.

Un manque d'accès au soins

Pour combien de temps ? c'est une question qui reste ouverte, par manque d'information. Certains chercheurs évoquent une durée de deux ans, en partie due au fait que les populations touchées ont rarement accès à des soins pour traiter ces séquelles, comme l'ophtalmologie.

Pour combler ce manque d'information, plusieurs nouvelles études sont en projet ou en cours. Le Liberia a, par exemple, lancé un programme de cinq ans, sur une base de milliers de volontaires pour mieux cerner les effets à long terme du virus Ebola.