L'Afrique au coeur des préoccupations du pape François

Le pape François salue les enfants du camp de réfugiés de Saint-Sauveur à Bangui.
© REUTERS/Stefano Rellandini

Sur une place Saint-Pierre de Rome pleine à craquer, le pape François a lancé ce vendredi 25 décembre un appel universel à la réconciliation à l'occasion de la traditionnelle bénédiction urbi et orbi. Et à de nombreuses reprises, il a cité l'Afrique, devenue une préoccupation réelle et constante dans l'esprit du souverain pontife.

« L'Afrique m'a surpris. Ils ont un sens de l'accueil très grand, ils sont heureux qu'on leur rende visite. Ce qui m'a frappé, c'est la foule, sa joie, sa capacité de faire la fête avec l'estomac vide », avait déclaré le pape François au retour de sa tournée dans le centre de ce continent où il n'avait encore jamais mis les pieds.

L'Afrique sub-saharienne est en odeur de sainteté au Vatican. Une nouvelle preuve en a été donnée vendredi 25 décembre, durant le traditionnel message urbi et orbi de la fête de la Nativité, délivré par François. Le pape a demandé à Dieu d'apporter consolation et force aux chrétiens persécutés dans le monde entier et a appelé à la paix dans les pays des Grands Lacs et au Soudan du Sud, frappés par la guerre.

« Nous demandons paix et concorde pour les chères populations de la République démocratique du Congo, du Burundi et du Soudan du Sud afin que, par le dialogue, se renforce l'engagement commun pour l'édification de sociétés civiles animées d'un esprit sincère de réconciliation et de compréhension réciproque », a-t-il prononcé.

Soucieux de la démographie africaine

« Incontestablement, les relations entre le pape François et l’Afrique se sont améliorées durant son récent voyage en Centrafrique, Ouganda et Kenya, affirme Odon Vallet, spécialiste des religions. Il a évité de mécontenter les évêques africains qu’il avait parfois un peu traités "d’évêques d’aéroport", etc. Il a été discret sur la vie privée de certains prêtres ou évêques qui ont compagne et enfants. D’une manière générale, il a vraiment évité tout ce qui pourrait choquer son auditoire et il a appelé à la paix partout. »

Pendant son voyage, François avait critiqué « les dégâts » causés par « certains programmes de développement », à savoir ceux qui encouragent à une baisse de la démographie. « Le pape François est bien informé par ses collaborateurs, le cardinal Parolin, etc. Ses collaborateurs lui ont sûrement dit que l’avenir en Afrique allait être compliqué, mais surtout il sait que la démographie dans le pourcentage de catholiques résidant en Afrique ne cessera d’augmenter dans les vingt ou trente prochaines années », conclut Odon Vallet.

Du terrorisme à l'écologie, de la pauvreté et la faim aux crises migratoires et au développement, le père de l'Eglise universelle garde le souci constant de mentionner l'Afrique dans ses discours, continent touché au premier chef par ces enjeux de notre époque.