En Ouganda, le dialogue inter-burundais se prépare

En Ouganda, on prépare la médiation qui s'ouvrira lundi 28 décembre à la State House à Entebbe, près de Kampala.
© Omoo/Wikimedia Commons

En Ouganda, on prépare la médiation qui s'ouvrira lundi 28 décembre à la State House à Entebbe. Une organisation qui n'est pas simple : plusieurs dizaines de participants devraient se déplacer pour l'occasion. Un défi logistique, diplomatique mais aussi économique.

L'Ouganda fait face à un défi de taille : organiser un sommet diplomatique d'importance en moins de dix jours. La tâche n'est pas facile et sur le terrain, la préparation semble quelque peu approximative. Elle n'est pas facilitée par la venue de participants dont une partie vit en exil à l'étranger. Certains, arrivant ce 26 décembre à Entebbe, ne savent pas encore où ils vont loger. D'autres, disposant du programme, n'avaient pas encore leurs billets d'avion vendredi soir 25 décembre alors qu'ils sont censés voyager dans la journée.

Un enjeu organisationnel mais aussi diplomatique

A deux jours de l'ouverture de la médiation à la State House, le gouvernement burundais refuse que le Cnared, en tant qu'organisation, soit représenté à la table des négociations. Mais le mouvement a déjà confirmé sa venue et sa participation aux discussions.

Derrière ces questions d'ordres technique et politique, celle du cout de la médiation est non négligeable et est prise en compte en haut lieu, selon une source proche du dossier. L'Union européenne a assuré soutenir la médiation à hauteur de 300 000 euros, une promesse qui a contribué semble-t-il à aider à la relance du processus de discussion en Ouganda.

Pourtant, ce rendez-vous qui débutera lundi 28 décembre ne sera sans doute qu'un préambule à cette nouvelle étape dans la médiation qui devrait vite être délocalisée à Arusha en Tanzanie.