RDC: les détenteurs de téléphones portables doivent s’identifier

En RDC, des détenteurs des téléphones cellulaires doivent se faire identifier.
© Boase/Bloomberg via Getty Images

Encore une fois, le gouvernement de RDC exige des détenteurs des téléphones cellulaires de se faire identifier. La décision, annoncée dimanche à la télévision officielle, était censée prendre fin ce lundi soir. La société civile dénonce une restriction des droits des citoyens là où le porte-parole du gouvernement affirme que c'est dans le cadre de la prévention du terrorisme.

« Tout numéro non enregistré sera suspendu aujourd'hui ». Le message est tombé lundi sur plusieurs portables. S'en est suivi une invitation : « Passez dans nos points de vente avec une pièce d'identité pour enregistrement ».

Les opérateurs de téléphones cellulaires ont été contraints d'inviter leurs clients à obtempérer à cette décision de l'Exécutif. Lambert Mende, le porte-parole du gouvernement et ministre de la Communication, affirme que la mesure a été prise il y a trois ans. Les opérateurs de téléphones ont bénéficié d'un moratoire de deux ans. Lambert Mende évoque la lutte contre le terrorisme, prenant prétexte de la situation à Beni.

Vive protestation de l’opposition

Mais la société civile s'insurge contre cet alibi, comme l’explique maître Georges Kapiamba de l'Association congolaise pour l'accès à la justice (ACAJ) : « Nous sentons qu’elle [cette décision] est totalement politique. Elle rentre dans la même logique qui avait prévalu au mois de janvier de l’année en cours où on a vu le gouvernement suspendre le fonctionnement des télécommunications, le fonctionnement d’internet ».

Dans l'opposition, on ne se doute pas que la décision est en rapport avec les actions prévues pour faire échec à un éventuel prolongement du mandat du président Joseph Kabila.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.