Burkina Faso: Salif Diallo élu à la tête du Parlement

Salif Diallo, le nouveau président du Parlement burkinabè, ici le 3 décembre 2015.
© ISSOUF SANOGO / AFP

Après l'installation du nouveau chef de l’Etat au Burkina Faso, le Parlement a élu son président. Salif Diallo a donc été choisi ce mercredi. C'est un proche de Roch Marc Christian Kaboré, ancien bras droit du président déchu Blaise Compaoré. Et devant l’Assemblée, il a tenu un discours volontariste.

C’est Salif Diallo, premier vice-président du Mouvement du peuple pour le progrès, le parti présidentiel, qui prend la tête du Parlement burkinabè. Dès son élection, il a annoncé les couleurs en s’adressant aux députés : « Je voudrais vous rappeler que la représentation nationale que nous sommes, aujourd’hui, est un des piliers dans un régime démocratique. Nous devons mener ce travail en collant au plus près possible des aspirations populaires. Si notre auguste Assemblée venait à se démarquer des intérêts populaires, nous connaîtrons un sort plus triste que nos devanciers ».

Salif Diallo a exhorté les députés à pousser l’action gouvernementale vers la satisfaction des intérêts supérieurs des populations : « Et ces intérêts se conjuguent à la création d’emplois pour la jeunesse, en l’eau potable pour les paysans, à la liberté économique pour les femmes et surtout aux soins de santé pour l’ensemble de notre pays. Nous devons être intransigeants contre les contre-valeurs que sont la corruption, le népotisme ».

Au cours de son élection, Salif Diallo a obtenu 78 voix contre 43 pour son adversaire Adama Sossou de l’Union pour le progrès et le changement.