2016: Douze rendez-vous pour la culture africaine

A partir du 31 mars 2016, le Grand Palais présente la première grande rétrospective du photographe malien Seydou Keïta. Ici une de ses oeuvres de 1949 (Sans titre). Tirage gélatino-argentique postérieur 50 x 60 cm. Paris, Fondation Cartier.
© Seydou Keïta / SKPEAC / courtesy CAAC – The Pigozzi Collection

Au théâtre, au cinéma, dans la littérature, la photographie ou les arts plastiques, quels seront les rendez-vous incontournables de la culture africaine en 2016 ? Douze propositions pour les douze mois à venir.

Janvier
Après Rwanda, la vie après, des Belges Benoît Dervaux et André Versaille, après Between Rings, un documentaire de Salla Sorri et Jessie Chisi sur la boxeuse zambienne Esther Phiri, quel sera le regard porté sur l’Afrique et le regard de cinéastes africains sur le monde lors du Festival international de programmes audiovisuels (FIPA) à Biarritz ? Réponse entre le 19 et le 24 janvier, à la 29e édition du seul festival international défendant tous les genres de la création audiovisuelle. 

Février
Le danseur et chorégraphe franco-algérien Abou Lagraa continue la tournée de sa nouvelle création « Le Cantique des Cantiques » le 19 février au Théâtre Jean Vilar, à Vitry-sur-Seine. Une suite de poèmes et de chants d’amour, interprétée par six danseurs et deux comédiennes.

Mars
Le photographe malien Seydou Keïta (1921-2001), considéré comme l’un des plus grands photographes du XXe siècle, sera à l’affiche du Grand Palais, à Paris. Du 31 mars au 24 juillet, la première rétrospective d’ampleur réunira 300 photographies signées par Keïta ainsi que des tirages d’époque uniques pour offrir un témoignage sans égal des changements de la société urbaine malienne.

Avril
Au Maroc, la 22e édition du Festival international du cinéma méditerranéen de Tétouan décernera le 2 avril le Prix Tamouda d’or. 120 000 spectateurs sont attendus pendant cet événement cinématographique de huit jours qui verra défiler des centaines de cinéastes et acteurs des pays méditerranéens.

Mai
En 2016, quel cinéaste africain sera en lice pour la plus prestigieuse distinction du cinéma mondial ? La 69e édition du Festival de Cannes se déroulera du 11 au 22 mai. Depuis 1975 et la Chronique des années de braise de l’Algérien Mohammed Lakhdar-Hamina, on attend toujours la deuxième Palme d’or remportée par un cinéaste du continent africain. Ces dernières années, tous les réalisateurs africains sont repartis bredouilles de la Croisette : Après la bataille, de l’Égyptien Yousry Nasrallah en 2012, Grigris, du Tchadien Mahamat Saleh Haroun en 2013, Timbuktu, du Mauritanien Abderrahmane Sissako en 2014 et, bien sûr, O Ka (Notre Maison), du cinéaste malien Souleymane Cissé, présenté en 2015 en sélection officielle, mais hors compétition.

Juin
La 4e Nollywood Week aura lieu du 2 au 5 juin à Paris. Ce festival vise à faire connaître l'industrie du cinéma nigérian (2000 films par an), désormais classée deuxième dans le monde en nombre de films produits par an, après Bollywood, et avant Hollywood.

Juillet
Du 7 au 30 juillet aura lieu la 70e édition du Festival d’Avignon, la plus importante manifestation théâtrale d’Europe où des comédiens, des créateurs et des compagnies africaines se donnent également rendez-vous. Depuis 2013, RFI, en partenariat avec la SACD, y présente des lectures théâtrales pour soutenir la création contemporaine d’auteurs africains. Les cycles Ça va, ça va l’Afrique, Ça va, ça va le monde et Ça va, ça va le monde 2015 restent d’ailleurs gratuitement disponibles sur la page Culture de RFI.

Août
Le 9e Festival du Film francophone d’Angoulême, dans l’ouest de la France, aura lieu du 23 au 28 août. C’est le film polémique Much Loved de Nabil Ayouch qui avait décroché le Valois d’or 2015. L’actrice Loubna Abidar avait remporté le Valois de la meilleure actrice.

Septembre
Du 21 septembre au 1er octobre, le Festival des Francophonies en Limousin fêtera sa 33e édition. Ce rendez-vous incontournable de la création francophone réserve toujours une grande place aux créateurs africains. À cette occasion RFI décernera à nouveau son prix RFI-Théâtre. Qui succédera à l’écrivaine libanaise Hala Moughanie ?

Octobre
Le continent africain, restera-t-il le parent pauvre du prix Nobel de littérature ? En octobre sera annoncé le successeur de la Biélorusse Svetlana Alexievitch. En 2015, l’espoir du continent africain était porté par le Somalien Nuruddin Farah, grand défendeur de l’histoire de son pays, mais surtout par l’œuvre anticolonialiste du Kényan Ngugi wa Thiongo. Depuis 1901, seulement quatre auteurs africains ont été primés de la plus haute distinction littéraire, dont les Sud-Africains John M. Coetzee et Nadine Gordimer en 2003 et 1991, précédés par le Nigérian Wole Soyinka en 1986 et l’Égyptien Naguib Mahfouz en 1988.

Novembre
Les Journées cinématographiques de Carthage (JCC) fêteront en 2016 leur 50e anniversaire. Devenu annuel depuis l’édition 2014, le plus ancien festival de cinéma du Sud valorise le cinéma d’Afrique subsaharienne et du monde arabe. Il se définit également comme un laboratoire pour les libertés. Qui succédera à L’Orchestre des aveugles du Marocain Mohamed Mouftaki pour le Tanit d’or ? Et à Maïmouna N’Diaye comme Meilleure actrice pour son rôle dans le film burkinabè L’œil du cyclone ?

Décembre
Au Tchad, le festival de danse «Souar Souar » ambitionne de devenir une référence en Afrique centrale. En 2015, une vingtaine de compagnies de 14 pays ont participé à Ndjamena pour changer l'image du Tchad. « Souar Souar », dont RFI est partenaire, signifie « danse, danse ! » en langue kabalaye.