Republier
Mauritanie

Mauritanie: des présumés esclavagistes inculpés et placés en détention

Une manifestation contre l'esclavage et la discrimination à Nouakchott, le 29 avril 2015.
© AFP PHOTO / STRINGER

En Mauritanie, deux hommes ont été inculpés et écroués pour pratiques esclavagistes. D'abord libérés par un juge d'instruction, la Cour d'appel a annulé cette décision de libération et placés en détention les deux hommes.

C'est une première en Mauritanie depuis la création des trois tribunaux spécialisés dans les affaires d'esclavage. Bien qu'on ne connaisse pas encore la date du procès, c'est la première fois que l'appareil judiciaire va aussi loin dans la lutte contre l'esclavagisme.

Boubacar Messaoud, président de SOS Esclaves, s'en félicite : « C’est un message d’espoir de la part de l’administration. C’est un message d’espoir. Il révèle qu’il y a des magistrats qui sont honnêtes et qui suivent bien les choses. Mais nous restons vigilants, parce que nous savons que c’est un système. Nous considérons qu’il y a des magistrats qui parfois prennent des décisions qui indiquent qu’ils sont en collusion et nous disons, en général, les magistrats sont issus des classes dominantes qui ont des esclaves, qui ont pratiqué l’esclavage ou qui continuent à le pratiquer. Donc un magistrat qui condamne les esclavagistes est un magistrat très progressiste chez nous ».

C'est en effet un paradoxe en Mauritanie. D'une part, le pouvoir refuse de reconnaître l'existence de pratiques esclavagistes dans le pays. Le 27 novembre, le président de la République avait déclaré que l'esclavagisme n'existe plus, et avait accusé les ONG d'en faire « un fonds de commerce ». Mais en parallèle et sous la pression internationale, le Parlement multiplie depuis quelques mois les textes de loi. Le 27 novembre, il avait notamment fait de l'esclavagisme un crime contre l'humanité.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.