Bangui: la complexité des comptages de voix

Des gendarmes et des policiers assurent la surveillance du centre de dépouillement des suffrages des élections présidentielle et législatives, à Bangui, le 2 janvier 2016.
© SSOUF SANOGO / AFP

A Bangui, l'autorité nationale des élections continue de traiter les résultats des élections présidentielle et législatives. Des opérations qui prennent du temps, tous les résultats ne sont encore pas parvenus dans la capitale.

Ce samedi 2 janvier 2016, plusieurs vols de l'ONU ont permis d'acheminer les résultats de 6 des 16 préfectures que compte la Centrafrique. Il va encore falloir plusieurs jours avant que les résultats de tout le pays n'arrivent dans le centre de traitement des données, dans la capitale. Le mécanisme de transmission est lent, car les voies de communication sont dérisoires dans le pays.

Concrètement, tous les bureaux de vote des provinces doivent rapatrier leurs résultats dans les chefs-lieux des préfectures, résultats qui seront ensuite acheminés à Bangui. Là, les procès-verbaux arrivent au Centre de traitement des données (CTD). Ils vont être vérifiés dans leur intégralité avant d'être compilés et validés par la Cour constitutionnelle.

La majorité de l'électorat centrafricain est en province

Une fois que cette procédure est complétée, l'autorité nationale des élections peut annoncer des résultats, partiels ou définitifs. C'est ce qu'elle a fait le 02 janvier en annonçant les résultats partiels de la ville de Bangui.

Les deux tiers des votes de la capitale sont connus : le trio de tête est composé de Faustin Archange Touadéra, Anicet Georges Dologuélé et Désiré Kolingba. Mais ces résultats diffusés par l'ANE ne sont que partiels. La majorité de l'électorat centafricain se trouve en province. Ces résultats ne peuvent donc en aucun cas refléter le potentiel gagnant de l'élection mais ils donnent une bonne idée de la lutte acharnée qui va se dérouler dans l'entre deux tours.
 

Des casques bleus surveillent un centre de vote, dans le quartier à majorité musulmane du PK5, à Bangui, le 30 décembre 2015. © REUTERS/Media Coulibaly TPX IMAGES OF THE DAY